10 vins blancs à découvrir

Le vin blanc revient en force chez les consommateurs depuis quelques temps. Alors qu’il y a une vingtaine d’années, on quittait le blanc pour se familiariser avec le rouge, aujourd’hui, il y a une tendance à un retour vers le blanc pour en découvrir les subtilités d’un cépage à l’autre mais aussi d’une région à l’autre. Voici 10 vins pour explorer ces subtilités et aussi pour sortir des sentiers battus.

*Comme d’habitude, cliquez sur la bouteille ou sur le prix pour voir la disponibilité en succursale.

Les chardonnays

Que voilà un cépage qui s’acclimate un peu partout sur le planète et qui est plutôt polyvalent. Presque tous les pays qui font du vin l’ont d’ailleurs adopté. Voici 3 exemples pour en découvrir les différences.

Fleur du Cap, Chardonnay, 2015, Western Cape, Afrique du Sud

Un chardonnay résolument « Nouveau Monde » d’une région sud-africaine qui est tombée en amour avec ce raisin. Si vous cherchez un blanc plutôt gras en bouche avec des arômes boisés et épicés qui enveloppent ceux d’agrumes, de fruits exotiques, ceci devrait vous plaire car il y a suffisamment d’acidité pour équilibrer la toute petite pointe de sucre en finale. (13,55$)

Aconcagua Costa, Chardonnay, 2015, Errazuriz, Chili

Restons dans le Nouveau Monde avec cette fois-ci un chardonnay chilien de la maison Errazuriz qui vise une clientèle appréciant les blancs plutôt soyeux et riches en bouche. Nous sommes ici dans un climat de type froid avec la proximité de la côte du Pacifique. Ce « chardo » regorge d’arômes de citron et est doté d’une acidité vivifiante. L’élevage en fûts de chêne pendant 11 mois contribue à faire un vin plutôt raffiné à bon prix. (22,95$)

Château de Maligny, Chablis Premier Cru, L’Homme mort, 2015, Bourgogne, France

Revenons maintenant à la source du chardonnay, en pleine Bourgogne avec un des premiers crus de Fourchaume. Certains chuchotent que l’Homme Mort, un des 8 lieux dits de cette appellation, serait le meilleur. Je ne m’aventurerai pas là-dedans, mais je dirai que ce vin a une sacré constance au niveau de la qualité, millésime après millésime. C’est floral, soyeux en bouche et disons-le avec une longue finale persistante. L’impression de pierre mouillée (minéralité) ajoute beaucoup à l’élégance de ce vin. Très bien.(36$)

Les sauvignon blancs

L’autre cépage cultivé dans bien des sols et des régions ne donne pas sa place quand vient le temps de produire des vins vif et expressifs. Prenons deux exemples pour deux types de budget.

Les Fumées  blanches, Côtes de Gascogne, 2016, François Lurton, France

Un habitué qui de plus est disponible en SAQ Dépôt revient encore sur les tablettes cette année avec de l’agrume à revendre (pamplemousse, zestes d’oranges) et des notes florales. C’est simple, franc et droit. Pas de chichis, juste un vin estival très aromatique qui rafraîchira les belles soirées chaudes. (16,55$)

La Moussière, Sancerre, 2016, Alphonse Mellot, Vallée de la Loire, France

Vif comme un regard, doux comme un baiser, nous dit-on chez Alphonse Mellot, un sacré vigneron, pour nous parler de ce vin. Mellot adore sa Loire et n’hésitera pas à vous refiler quelques bonnes adresses dans cette magnifique région. Planté dans les caillottes, le sauvignon blanc est raffiné, floral et fruité. L’acidité est tranchante mais pas trop. Bref, un beau Sancerre pour se faire plaisir. Les plus patients n’hésiteront pas à en faire vieillir quelques fioles pour plus tard. (28,85$)

Pour sortir des sentiers battus…

William, Vignoble Rivière du Chêne, 2016, Québec, Canada

Encore une fois, un blanc fruité et vif pour ce domaine québécois, basé à St-Eustache, au nord-ouest de Laval. Oui, c’est vrai qu’il y a une pointe de sucre résiduel mais ce n’est pas déplaisant car l’acidité (dont on ne manque pas au Québec grâce au climat, disons…rustique) équilibre l’ensemble. Frontenac blanc, vidal, vandal-cliche, seyval blanc constituent l’essentiel des raisins utilisés ici. Pour changer du sauvignon blanc néo-zélandais parfois « trop cliché » de temps en temps. (14,65$)

Savatiano, Vieilles Vignes, 2016, Domaine Papagiannakos, Grèce

La Grèce continue de faire son offensive de charme sur les marchés internationaux dont le nôtre et c’est tant mieux. Connaissez-vous le savatiano ? C’est la vigne la plus plantée en Grèce, et pour cause. D’abord parce qu’elle est très résistante à la sécheresse et en plus elle sert à produire la Retsina, ce vin « assaisonné » à la résine de pin qui a fait longtemps la marque de commerce du pays. Mais, Papagiannakos a dépoussiéré ce cépage pour concocter dans la grande région d’Athènes (Attica) un vin rafraîchissant, vif et floral. Un vin qui vous donnera beaucoup de plaisir à l’apéritif sur la terrasse. (15,75$)

Ktima Gerovassiliou, 2016, Grèce

Remontons à six heures de route plus au nord et nous trouverons les vignes qui servent à produire ce blanc ma foi très agréable. Malagousia et assyrtiko se partagent l’affiche sur le plan des cépages utilisés. Fruits tropicaux, agrumes (citron) et melon au programme. Plutôt ample en bouche. Essayez-le, vous m’en direz des nouvelles. (18,65$)

Château Rouquette sur Mer, Cuvée Arpège, La Clape, 2015, Languedoc, France

Ah Languedoc, quand tu prends soin de nous, cela fait du bien. Juste devant la mer Méditerranée, le Château Rouquette (déjà bien connu pour sa bonne cuvée rouge Amarante) impressionne avec ce blanc à base de bourboulenc et de roussanne, deux raisins vinifiés dans le Châteauneuf du Pape. C’est très floral avec des notes de pêche et d’agrumes. C’est vraiment bien fait et très élégant. À faire déguster « à l’aveugle » pour étonner vos convives.(20,25$)

Quinta dos Carvalhais, Reserva, 2012, Dao, Portugal

Et si on terminait avec un blanc haut de gamme du Portugal ? Parce que oui, le Portugal produit de bien belles choses. Il faut arrêter de penser qu’un vin portugais doit se vendre à 15$, pas plus. La preuve avec ce blanc de 2012 à base d’encruzado et de verdelho, deux cépages évidemment autochtones. Un beau vin complexe qui a mûri pendant 40 mois en barriques. Évidemment, ce vin est marqué par cette maturation et la finale (longue) en bouche s’en ressent. Le fruité est élégant, complémenté par des notes de miel et une pointe végétale rafraîchissante. Un vin de gastronomie bien fait par un domaine qui produit aussi un bon vin rouge à petit prix, le Duque de Viseu. (35,25$) À la bonne vôtre ! (FA)