15 bons vins à moins de 15 $

Grâce aux baisses de prix consécutives des dernières semaines, plus de 1 600 vins sont ainsi devenus moins chers, faisant ainsi repasser bon nombre de bouteilles sous le niveau des 15 $. Voici donc une liste de 15 bons vins de qualité qui sont devenus par le fait même de très bons rapports qualité-prix. Santé !

Coelus, Joven , Rioja, 2015, Espagne

Tout est dit sur l’étiquette ! Un vin de la Rioja à base de tempranillo et jeune en plus (joven). Pas de surprise donc sur les arômes de fruits noirs, de tanins souples et de boisé épicé. Sans prétention, c’est plutôt bien confectionné et à ce prix-là franchement, y’a pas de  quoi hésiter à en acheter deux pour la soirée entre copains car il plaira à a peu près tout le monde. (10,05$)

Hecula, Bodegas Castano, Monastrell, 2013, Yecla, Espagne

Encore un espagnol, me direz-vous ! Normal, car il continue de produire des vins très abordables qui en donnent beaucoup pour leur prix. Le Hécula est un vin de facture moderne avec un passage en fûts de chêne qui lui arrondit les angles. Cerises noires, fleurs sauvages, figues et notes mentholées. Les tanins sont bien affirmés, mais le tout se boit avec une certaine souplesse, même avec ses 14% d’alcool. (12,50$)

Chaminé Blanc, Cortes de Cima, 2015, Portugal

Je sais, je me répète parfois, mais bon, ce vin portugais continue de se retrouver dans cette liste parce que c’est bon et bien fait. Il crée la joie dans bien des chaumières grâce à son « plus que jamais » petit prix. Sauvignon blanc, viognier, antao vaz et verdelho se partagent l’assemblage dans cette bouteille qui déborde de fruité, d’une pincée d’arômes floraux et même d’une petite touche minérale au palais. Un bon petit vin sec bien frais. (12,65$)

Chatons du Cèdre, Cahors, Sud-Ouest, France

Pour redécouvrir le cépage malbec dans son milieu d’origine et pour oublier un peu l’Argentine qui l’a repris à son compte sur le marché mondial, cette cuvée à si bon prix, vous permettra de vous plonger dans le Cahors de valeur sûre. Le fruit noir est coulant, aucune lourdeur, un malbec typique de là-bas, qui pourrait vous transformer en adepte prosélyte de cette petite bouteille si abordable. (13$)

Château La Lieue, Côteaux du Varois, 2015, Provence, France

Une bouteille qui revient souvent dans les colonnes de ce site et pour cause, puisque le savoir-faire est toujours présent. Un vin en pleine forme encore une fois et composé de grenache de Syrah, de cabernet Sauvignon, de carignan, et de mourvèdre. Du fruit noir et rouge à revendre, avec suffisamment de trame tannique pour l’apprécier avec des grillades. Et comme on ferait en Provence, on le rafraîchit légèrement à 16 degrés pour le service.(13,25$)

Esteban Martin, Reserva, Carinena, 2011, Aragon, Espagne

Voici un vin produit par un entrepreneur espagnol qui a décidé, sans connaissance précise du milieu, d’investir dans un vignoble il y a 13 ans. Aujourd’hui, à 79 ans, il continue de veiller aux destinées de ses cuvées. On a ici affaire à du grenache et du cabernet sauvignon qui ont des notes de prunes, de fruits rouges et de chocolat. Un vin moyennement costaud qu’on pourra calmer un peu en carafe. (13,55$)

Cusumano, Syrah, 2015, Sicile, Italie

Une maison qui fait toujours du bon jus à bon prix, j’ai nommé la sicilienne Cusumano. Une sacré syrah qui ne manque pas de couleurs, de poivre, de mûres, de prunes et de réglisse. Des tanins charnus certes mais pas du tout encombrants pour ce vin de corps moyen. Et puis toujours cet élégant bouchon de verre Vino-Lok. Bon vin, bon prix, que demander de plus avec cette invitation sicilienne ? (13,55$)

Ijalba, Genoli, Viura, 2016, Rioja, Espagne

Un cépage peu répandu que ce viura (ou macabeo si vous préférez), à part dans la Rioja espagnole. Ce vin explose de fraîcheur dans le verre avec ses arômes de pommes vertes, d’agrumes et de lime. Pas de bois ici, juste du jus fermenté en cuves d’inox. Le genre de vin qu’on boit tout de suite à l’apéro, quelques petites bouchées ou avec un poisson blanc.

(13,90$)

Terre de Méditerranée, Dupéré-Barrera, 2015, Vin de pays d’OC, France

Terre de Méditerranée est le fruit du couple formé de la Québécoise Emmanuelle Dupéré, et de son conjoint français Laurent Barrera. Ce vin est le résultat d’un assemblage où chaque cépage apporte son petit grain de sel : fruits rouges (vieilles vignes de grenache et carignan), de réglisse (syrah) avec une bonne structure tannique (cabernet sauvignon). Bref, un vin est bien ficelé par un couple qui a à cœur de réduire son empreinte environnementale dans le vignoble français. (14,30$)

Héritages, Côtes du Rhône, Ogier, 2015, France 

Une fois encore, ce Côtes du Rhône est une belle réussite de chez Ogier. Un beau fruité rouge (griotte, framboise, cerise) et très mûr avec juste ce qu’il faut d’épices. Un gsm (grenache, syrah, mourvèdre) plutôt tendre, légèrement fumé avec une belle persistance en bouche pour ce prix. Le vin de bistro qu’on aime avoir toujours en réserve pour les invités à l’improviste. (14,45$)

The Wolftrap, Boekenhoutskloof, 2015, Western Cape, Afrique du Sud

Littéralement « le piège à loups », le nom est un clin d’œil à une légende puisque la vallée de Franschhoek n’a jamais vu de loup de son histoire, il s’agissait en fait plutôt de léopards dont il fallait se protéger lors de la « colonisation » de cette vallée il y a plus de deux siècles. Cet assemblage de syrah, mourvèdre et viognier (oui oui, un cépage blanc) est devenu un des meilleurs rapports qualité-prix de la région. Arômes de fruits noirs, de violette, d’épices, avec des tanins soyeux et ce petit coté parfumé que l’on doit au viognier, tout y est pour ravir vos papilles en toute simplicité.  (14,45$)

Pfaff, Pinot Blanc, Grande Réserve, 2016, Alsace, France

Un cépage si peu répandu en dehors de l’Alsace mérite qu’on le revisite de temps à autres. En voici une belle occasion avec une maison qu’on ne présente plus, Pfaffenheim, qui se fait appeler depuis peu Pfaff (moins long et plus facile à retenir). Connu aussi pour son gewurztraminer, Pfaff livre ici un pinot blanc parfumé, floral avec des arômes et de pêche et de poire. Difficile de faire mieux à ce prix-là. (14,55$)

Château de Pennautier, Cabardès, Languedoc-Roussillon, France

Ce vin de l’appellation Cabardès est un classique du Languedoc de qualité. 30% de cabernet,  25% de syrah, 25% de grenache et 20% de merlot, chacun de ces cépages a été vinifié séparément en cuves. Du fruit, du fruit et encore du fruit très mûr de la part de ce Château nommé le Versailles du Languedoc, tellement la construction est impressionnante. On a vraiment hâte aux premiers barbecues de la saison parce que les grillades et ce vin, ce sera un « match made in heaven » comme disent les Anglais.(14,55$)

Jorio, Umani Ronchi, Montepulciano d’Abruzzo, 2014, Italie

Passé tout juste sous la barre des 15$ tout récemment, ce vin de la maison Umani Ronchi, située dans les Abruzzes, est un bon exemple du montepulciano, pas trop rustique, plutôt poli avec quelques rondeurs dues au vieillissement en fûts de chêne. Ça sent bon la cerise et la prune. Un bon vin séduisant, bien bâti pour le vendredi soir. Bu avec un poulet grillé. Charmeur et réussi. (14,80$)

Château Puy-Landry, Côtes de Castillon, Bordeaux, 2014, France

Un Bordeaux pour finir avec ce Côtes de Castillon bio. Au nez, on ne peut nier que ce vin est bordelais avec ses effluves de prune mûre (merlot), de notes de cassis et d’épices (cabernets franc et sauvignon) avec un « chouïa » d’eucalyptus. Belle fraîcheur même si le fruité est bien mûr. Encore quelques mois et il sera à point pour ceux qui les préfèrent plus souples. Franchement, à ce prix-là, un Bordeaux bio, on achète les yeux fermés. (14,90$) À la bonne vôtre !

Par Frédéric Arnould (lefred@toutsurlevin.ca )

Publicités