20 Bordeaux à petits prix !

Tantôt hors de prix et parfois décevant, tantôt exceptionnel et pourtant abordable, le Bordeaux demeure le classique des vins à consommer ou à offrir avec plaisir pour ces fêtes de fin d’année. Une appellation qui résonne à travers le monde et qui, vous allez le voir, n’a pas toujours besoin de faire un trou dans votre portefeuille. Voici une liste de vingt Bordeaux à moins de 30$. Faites vos provisions.

Par Frédéric Arnould (lefred@toutsurlevin.ca)

L’appellation Bordeaux en revêt bien d’autres et ce sont les régions qui les déterminent. On pourrait en fait diviser les vins de Bordeaux en deux zones : la rive droite qui a le merlot comme cépage dominant (Pomerol, St-Émilion) et la rive gauche qui a choisit le cabernet sauvignon comme chef de file dans la bouteille (St-Estèphe, Médoc, Pessac-Léognan, Graves). Si vous aimez le Bordeaux, pas besoin d’économiser toute sa vie pour boire des Château Latour, Pétrus et autres Château Palmer. Il y a sur le marché bien des classiques, beaucoup moins prestigieux certes mais faites le calcul, une centaine de bouteilles de Bordeaux à 30 dollars ne valent-elles pas mieux qu’un Pétrus 2005 à 3500 $ ? Cherchez donc les Côtes de Bordeaux, Bordeaux Supérieurs et Cru Bourgeois. Cela étant dit, tous ne sont forcéments garants de qualité. Alors, suivez le guide parmi ces valeurs sûres…

siriusSirius, Bordeaux, 2012

Je ne sais depuis combien d’années ce vin fait les beaux jours de la SAQ, mais ce « petit Bordeaux » générique semble immuable. Un assemblage de merlot et cabernet, avec un boisé grillé, qui donne aux amateurs de valeurs sûres toute la satisfaction qu’ils recherchent à petit prix. Rien de complexe évidemment, du fruit à revendre, mais très charmeur comme vin. (14,50$)

be bordoBe Bordô Château Capville Côtes de Bordeaux

Tannée d’acheter du Mouton Cadet ? Voici une solution de rechange. Je vous l’avoue quand j’ai vu l’étiquette, je n’aurais jamais pensé qu’il s’agissait d’un Bordeaux. En fait, je me demandais la provenance de ce vin au nom qui me faisait penser à du portugais, pour finalement me rendre compte que Bordô signifiait…Bordeaux. Be Bordo (prononcer Bi Bordeaux) est l’oeuvre d’un entrepreneur français, Stéphane Quien, qui a voulu donner un petit coup de pied dans le traditionnel et parfois poussiéreux bordelais. Ici, pas de bois, le vin est mûri en cuve d’inox. Cerise, sous-bois, un peu de notes animales donnent ici un Bordeaux de côtes (Blaye) léger, bien fait et pas cher. (17,15$) Sachez qu’il existe toute une gamme de Be Bordô qui se décline et qui attend au portillon de la SAQ, dans l’espoir de se tailler une place sur les tablettes…

st-antoineChâteau St-Antoine, Réserve du château, Bordeaux supérieur, 2012

Que voilà un Bordeaux supérieur pas cher et rudement bien fait. Pas une bombe de saveurs complexes mais un vin « efficace ». Des arômes de noyau de cerise, de cassis et des notes terreuses dansent avec des notes poivrées. Des tanins qui « grattent » se calmeront après un passage en carafe avant de servir. (17,95$)

puyfromageChâteau Puyfromage, Côte de Bordeaux

On a tendance à oublier ce genre de vin, parce qu’on le voit tout le temps dans les magasins et qu’on l’a déjà bu il y a bien longtemps. Après tout, la vie est courte et on n’aura jamais assez d’une vie pour goûter tous les vins sur le marché, on est bien d’accord. Mais parfois, ça vaut la peine de  les réessayer. Si vous êtes à la recherche d’un petit Bordeaux très souple, peu tannique, l’édition 2013 du Puyfromage est le candidat désigné. Pour la petite histoire, pas de fromage sur le domaine puisqu’en fait, son nom dérive de puy (plateau) et de l’anglais « from the edge » pour le bord du plateau (pour désigner la région). Le nom a donc été francisé : « From Edge » est devenu fromage. (18$)

dourtheLa Grande Cuvée, Dourthe, 2012

Puisqu’on parle de classique, il serait fou de ne pas mentionner la maison Dourthe qui fait partie du paysage depuis des lustres. Des fruits rouges et noirs, des notes épicées et vanillées, de chêne grillé, des tanins structurants, tout y est pour moins de 20 dollars. Que demander de plus ? (19,25$)

fronsacChartier Créateur d’Harmonies, Fronsac, 2011

Monsieur « Papilles et Molécules » himself, François Chartier s’est investi dans l’élevage de vin ces dernières années avec le succès qu’on lui connaît. Présent à la fois en épicerie et à la SAQ, les vins Chartier proviennent d’Espagne, d’Italie et de France. L’appellation bordelaise Fronsac (de la rive droite, donc à dominante de merlot) n’a pas échappé au nez du sommelier moléculaire. Ici, il livre un vin débordant de fruits noirs et de prunes avec des tanins soyeux. Chartier recommande de manger des poivrons rouges rôtis et on n’a pas de misère à la croire sur parole. Un vin goûteux, avec une sérieuse trame tannique mais agréable. À réessayer aussi dans un an ou deux (20$)

l'escartChâteau L’Escart, cuvée Julien, 2013
50% merlot, 45% de cabernet-sauvignon, une « louche » de malbec (5%) pour ce petit château qui produit un Bordeaux qui fleure bon la cerise, le sous-bois, les épices et le bois grillé. Sans fioriture, cette cuvée tout en équilibre saura vous charmer à ce prix. (20,55$)

picoronChâteau Picoron, Castillon, Côtes de Bordeaux,  2012

Ici, les fruits rouges sont très mûrs et la prune parfume joliment ce vin. Les tanins donnent une belle matière et l’acidité est en harmonie avec les notes de torréfaction en provenance de la maturation en barrique. Jolie finale. (20,80$)

lauretsChâteau des Laurets, Puisseguin St-Émilion, 2012

La richissime famille Rothschild possède des domaines vinicoles à travers le monde, à  commencer par le terroir de Bordeaux où elle produit le premier grand cru classé de Château Mouton Rothschild. Pour votre gouverne, une bouteille 2010 se vend 1 525$ à la SAQ. On est plutôt loin du Mouton Cadet…Ici, la famille produit ce vin d’une appellation secondaire de St-Émilion. Une belle matière en bouche, de beaux tanins et de jolis fruits. Le boisé est présent mais pas du tout encombrant. Il se bonifiera encore quelques années. (21,05$)

langoiranChâteau Langoiran, Prestiqe, 2014

Un Bordeaux gouleyant qui se laisse boire avec ces accents boisés, fumés et épicés. Un joli fruité rouge mûr avec des tanins charnus qui donnent une belle charpente à ce vin. Achetez-en quelques bouteilles, et ouvrez-en une annuellement pour les 3 ou 4 prochaines années. (21,60$)

hcmaps de marsVieux Château Champs de Mars 2010

Je ne me lasse jamais de replonger dans une bouteille de ce domaine car il donne toujours autant de plaisir, verre après verre. Son nez classique de sous-bois (notes végétales et minérales) accompagne des arômes de fruits rouges, de prunes, de poivrons verts et de crayon de bois. Toujours bien équilibré, le Champs de Mars en donne beaucoup pour ce prix. (22,50$)

puy casteraChâteau Puy Castéra, Haut-Médoc, 2011

Un assemblage de cabernet-sauvignon, de merlot et de cabernet franc qui pourrait faire la barbe à quelques-uns de ses grands frères plus onéreux. Savant mélange d’arômes de cerises, de cassis et de fraises, ce Haut-Médoc a une belle présence harmonieuse en bouche, grâce à des tanins mûrs. Du même propriétaire qui produit le Château Bel Orme Tronquoy Lalande, un autre classique à la SAQ. Le bois encadre le tout pour donner une sentiment de plénitude dans votre palais. (22,75$)

ile margauxDomaine de l’Île Margaux 2011

Un petit domaine qui produit un vin qui ne m’a jamais déçu, millésime après millésime. Il a l’élégance des Margaux, des tanins tout en finesse et une belle acidité rafraîchissante qui équilibre le tout. Une valeur sûre produite sur une domaine insulaire girondin d’un kilomètre de long sur 300 mètres de large. (22,85$)

pey latourChâteau Pey La Tour Réserve du Château

Un autre vin, qui millésime après millésime, fournit bien du plaisir aux amateurs de Bordeaux génériques bien faits. Produit par la maison Dourthe, ce vin de réserve est gorgé de poivrons verts, fruits rouges, prune, accents épicés et un boisé grillé bien intégré. Bref, une « recette » bordelaise qui en fait un vin suffisamment complexe et solide pour le conserver encore quelques années sans problèmes. (22,95$)

cruzeauChâteau de Cruzeau, Pessac-Léognan, 2011

Ici, le cabernet sauvignon et le merlot se partagent la vedette. Des notes de fruits rouges (framboise), de fruits noirs (cassis), fumée et réglisse (ou graphite) contribuent à faire de ce vin une valeur sûre. Un Bordeaux goûteux, savoureux et qui, lui aussi, gagnera en profondeur et complexité d’ici quelques années. (24,95$)

greysacChâteau Greysac 2011

Parlant de Bordeaux toujours présents sur les tablettes de la SAQ et qui confère à l’appellation parfois galvaudée une garantie de qualité se trouve le Greysac. Cassis, cerises noires, un petit côté animal, le Bordeaux classique quoi… Aucune lourdeur, une fraîcheur due à une belle acidité et des tanins vaporeux et discrets. Un joli savoir-faire, année après année. (25,85$)

patache d'auxChâteau Patache d’Aux, Cru bourgeois, Médoc, 2010

S’il fallait que je fasse provision d’un Bordeaux abordable, toujours rassasiant et d’une belle complexité avec un excellent rapport qualité-prix, ce serait notamment celui-ci. Un nez rempli de fruits rouges, d’épices et de notes minérales qui se transforme en bouche en une myriade de saveurs entrelacées de mûre, de poivrons verts rafraîchissants et de boîtes à cigares. Une jolie longueur. Achetez les yeux fermés (25,95$)

treytinsChâteau Treytins, Lalande de Pomerol, 2011

Ce petit classique dominé par le merlot de l’appellation satellite de Pomerol est toujours plaisant à revisiter année après année. Fruits rouges mûrs et accents de sous-bois et de cèdre sont toujours au rendez-vous dans votre verre. Un vin très approchable et toujours bien fait. (26,20$)

laffite laujacChâteau Laffitte Laujac 2010, Médoc

Attention, ce vin vous surprendra par sa profondeur. Normal, en fait, car il reflète le riche millésime 2010. Il commence à être tout à fait approchable. Du fruit rouge mûr à revendre, des tanins qui accrochent et un tout petit côté végétal qui donne à ce vin du relief. Longue finale en bouche. Achetez-en quelques flacons pour mettre en cave. (27,60$)

loudenneChâteau Loudenne Médoc Cru Bourgeois 2010

Ce cru bourgeois a une solide charpente et des arômes qui commencent à peine à se libérer. Cassis, bleuets, notes de fumée, ce Bordeaux a un caractère aussi terreux. Beaucoup de matière en bouche, une bonne longueur dans votre palais, le Loudenne embellira les fêtes de la fin d’année 2015 et les années suivantes. (28,05$) À la bonne vôtre !

2 comments