5 Corbières à découvrir !

Avec les premiers barbecues à l’approche de l’été, on est toujours à la recherche de chouettes vins rouges pour accommoder nos grillades. En général, nous tentons d’en trouver des pas trop chers avec suffisamment de corps et d’originalité. Un des bons choix du moment ? Les vins de l’appellation Corbières qui offrent pas mal d’évasion dans votre verre pour des prix plus qu’abordables.

Par Frédéric Arnould (lefred@toutsurlevin.ca)

Cette appellation qui s’étend sur quelque 130 kilomètres carrés se situe dans la grande région du Languedoc-Roussillon. C’est d’ailleurs, la plus grande en volume de la région : 554 000 hectolitres ! Quelques villes pour la situer ? Narbonne, Carcassonne et Leucate. En plus, on est juste aux pieds des Pyrénées. Ce qui caractérise le Corbières, ce sont les cépages qui le composent : carignan, grenache noir, syrah et mourvèdre. Quelques règles d’appellation compliquent un peu le tout mais disons qu’il faut qu’il y ait au moins deux cépages différents qui se retrouvent en bouteille. Pour le reste, on retrouve souvent de multiples arômes communs à l’application : fruits noirs, réglisse, garrigue, olives noires et herbes sèches. Voici donc 5 Corbières assez représentatifs de leur appellation.

Fontauriol corbièresFontauriol, Corbières, 2014

Commençons par un Corbières d’entrée de gamme. Rien de bien compliqué évidemment, mais juste ce qu’il faut pour plaire avec un beau fruité et un petit côté carré et bourru qui malgré tout vous charmera. C’est frais et rassasiant et surtout cela demande un petit peu de viande. Pour le prix, on ne s’en privera pas. (11,85$)

le P'tit spencer corbieres

 

Le P’tit Spencer, Château Spencer la Pujade, Corbières, 2014

Je l’avoue, j’ai un petit faible pour celui-ci. Le carignan majoritaire dans votre verre accueille plutôt bien ses comparses habituels (syrah, grenache, mourvèdre). C’est souple, fruité, plein de fruits rouges très murs avec un soupçon de vanille. Grand indice de « buvabilité » je dirais. Achetez-en quelques quilles et oubliez-en deux ou trois pour les revisiter dan un an ou deux…Cela pourrait être intéressant. Étiquette sympa. (16,40$)

trillol corbièresChâteau Trillol, Corbières, 2012

Ici, c’est le grenache qui tient le haut du pavé, avec comme seconds violons, le carignan et la syrah. Ce vin a plus de notes épicées et poivrées que les précédents. Ça lui donne une certaine élégance et un petit côté racé. Cultivé dans le petit village languedocien de Cucugnan, ce Corbières devrait être le parfait compagnon de vos soirées entre copains. Dommage qu’ils ne le font pas en magnum…On pourrait s’y habituer ! (18,40$)

impatience corbieresChâteau du Grand Caumont, Impatience, 2014

C’est une véritable histoire d’amour entre le Québec et la famille Rigal. Ce domaine produit bon an mal an environ 350 000 bouteilles, dont plus de 150 000 prennent le chemin de la belle province. Faut croire que c’est bon, non ?  Le vin d’entrée de gamme se vend 13,95$ et est franchement bien foutu pour ce prix. Je vous propose  plutôt de découvrir son grand frère, la cuvée Impatience, qui est pas mal plus gourmande et complexe. Encore une fois, c’est le carignan qui domine avec son petit côté animal sauvage, la syrah suit avec son côté poivré et réglissé. Ça sent bon la garrigue évidemment mais aussi la mûre et la fumée. Là encore, n’en achetez pas qu’une, histoire de goûter l’évolution du vin dans les 3 prochaines années. (19,75$)

etang des colombes corbièresChâteau Étang des Colombes, Bois des Dames, Corbières, 2011

Enfin, un autre Corbières haut de gamme (notez que le prix est plus qu’abordable) qui est plus boisé certes, mais qui ne masque nullement la typicité et le fruité de l’appellation. C’est un Corbières qui en a « sous le capot » et qui pourrait donc durer plusieurs années avant de révéler sa vraie nature. D’ailleurs si vous le buvez des jours-ci, carafez-le, il vous dira merci. C’est pas mal du tout et c’est la preuve que si vous mettez quelques dollars de plus pour un Corbières, vous n’en serez que récompensé. (21,80$) Pour le reste, amusez-vous, des Corbières, il y en a pas mal à la SAQ, ayez l’audace d’en essayer d’autres, on est rarement déçu pour le prix en général. À la bonne vôtre !

 

2 comments

  • robertguidi

    C’était agréable de vous croiser au salon des vins du Languedoc-Roussillon . Les Grenaches et le Macabeu étaient en
    abondances mais chez Benedictus il y avait un Chardonnay au couleur de Xeres qui était reversant.
    Si je me souviens bien il s’agit du Domaine de Perdiguier en IGP. Quelle belle découverte