Balade dans le Rhône, entre syrah et grenache

Ce qu’il y a de bien avec le vin, c’est qu’outre le fait de se faire plaisir, il nous permet de voyager à travers le terroir d’un pays, d’une région ou d’un village. Quand il est bien fait et qu’il est typique, il nous fait goûter sa typicité dans le verre. Petite balade dans la vallée du Rhône pour entamer la fin de semaine et boire un vin « plaisir » produit de main de maître par un orfèvre en la matière.

Pour schématiser à outrance, les vins rouge du Rhône se divisent en deux régions, le nord et le sud. Au nord, vous avez toutes ces appellations qui ont pour noms, Cornas, Côte-Rôtie, Crozes-Hermitage et St-Joseph. Leur particularité principale ? Ce sont des vins dont le cépage dominant est la syrah. Alors qu’au sud, les appellations bien connues que sont Châteauneuf-du-Pape, Côte du Rhône, Vacqueyras, Gigondas et Rasteau, c’est le grenache qui domine.

photo : Decanter

photo : Decanter

Pour ce « vindredi », je vous propose un vin dont les fières vignes frémissent au gré du mistral, ce vent du Midi qui, parfois, souffle avec vigueur. Ces vignes qui bénéficient d’un ensoleillement de plus de 2700 heures par an nous livrent des vins charnus qui fleurent bon la violette et les fruits murs. Quelque part entre Orange et Montélimar, Michel Chapoutier produit ici « Rasteau », un vin qui, anciennement, faisait partie de l’appellation d’origine contrôlée des Côtes-du-Rhône-Villages mais qui, depuis 2010, a obtenu sa propre appellation : Rasteau.

Rasteau

Ceux qui apprécient les vins du Rhône doivent connaître Michel Chapoutier, un incontournable de la région.chapoutier Ce qui est intéressant dans ce vin, c’est qu’il allie les deux cépages principaux du nord et du sud, la syrah et le grenache. Et le partage est équitable, 50-50. Il en résulte un vin à la belle robe rubis et qui explose au nez d’arômes de framboise, de cerises, de groseilles, d’épices et cette pointe de violette et de réglisse qui vous chatouille le nez. En bouche, sa fraîcheur vient vous titiller et les tanins vous ramènent à la réalité : nous avons là un vin solide, corsé mais jamais lourd.  (Entre 20 et 23 $)

Si cela vous intrigue et que vous avez peu foulé le terroir du Rhône, Michel Chapoutier sera un bon guide à travers ses vins typiques et bien construits. Naviguez au gré de ses « Belleruche », « La Bernardine », « l’Ermite » et « Vacqueyras ». À la bonne vôtre !

Frédéric A. (lefred@toutsurlevin.ca)