Brigitte Jeanjean, la plus Québécoise des Languedociennes

Ne lui demandez pas si elle a un frère qui s’appelle Jean ! Mais parlez-lui de son Languedoc et vous voyagerez juste au son de son accent. La vigneronne qui s’occupe des vignobles que sa famille cultive depuis 1870 adore le Québec qui le lui rend bien d’ailleurs puisque son rosé Le Pive est devenu en 4 ans seulement, le rosé le plus populaire dans la Belle province.

Par Frédérc Arnould (lefred@toutsurlevin.ca)

Brigitte Jeanjean n’est pas du genre à rouler des mécaniques même si, figurez-vous, dans les années 90, elle a commencé sa carrière au Québec en organisant des courses de moto, entendez par là, les motoneiges avec la course Harricana ! Un surprenant virage de parcours qui lui a permis de se « familiariser »avec les hivers québécois. C’est 1992 qu’elle décide alors de retourner dans son Languedoc natal pour y prendre, à titre de digne représentante de la cinquième génération, les rênes de l’entreprise familiale.

Aujourd’hui, elle est à la tête de 7 domaines et gère 350 hectares plantés de vignes dans son magnifique Languedoc. Vous y trouverez de la syrah, des grenaches, du carignan, de la roussanne, marsanne, muscat et chardonnay entre autres. Tout pour élaborer de biens bons vins bien bâtis, fruités avec une belle finesse.

Le Pive et « Pivette »

Succès du Pive au Québec

Il y a 4 ans, les Vignobles Jeanjean ont lancé sur le marché québécois le fameux Le Pive, un rosé à base de grenaches noir et gris, de merlot et de cabernet franc, cultivés dans le terroir des sables fins d’origine marine du littoral de la Camargue. Car oui, le sol, c’est du sable qui baigne dans l’eau salée. D’ailleurs, afin d’éviter les remontées d’eau salée, ce qui tuerait la vigne, il faut « maintenir la nappe d’eau douce en équilibre hydrostatique avec la mer et les lagunes ». Tout un défi de funambule sur un mince fil où la mortalité de la vigne n’est jamais loin.

Ce travail d’équilibriste tourne en tout cas à plein régime et fructifie au Québec : en quatre ans seulement, la vente de ce vin ici est passée de 1 000 à 60 000 caisses ! Un record qui fait du Pive le rosé chouchou du Québec. Avec son petit côté salin, ce rosé dont la majeure partie de la production prend le chemin de la SAQ chaque année se retrouve d’ailleurs dans notre liste des rosés.

Presque toujours présente au Québec

Quand elle ne sillonne pas sa belle région avec sa rutilante Triumph Bonneville, (oui, toujours les sports moteurs), elle virevolte un peu partout au Québec pour y parler de ses vins. Avis aux amateurs, la vigneronne sera de la fête à Saguenay du 13 au 15 juillet pour le Festival des vins de Saguenay, un rendez-vous des amoureux du vin à ne pas manquer sur la Rue Racine à Chicoutimi. Et on devrait la voir plus souvent encore dans la métropole puisque son fiston étudie dans une université montréalaise.

Trois vins pour découvrir le travail de Brigitte Jeanjean

Ormarine, Picpoul de Pinet, Les Pins de Camille,2016, Languedoc, France

Si vous ne connaissez pas ce blanc, vous manquez quelque chose. Un autre vin chouchou au Québec grâce à sa singularité. Un 100% piquepoul blanc, un vieux cépage du Languedoc planté depuis l’Antiquité.  Un vin très floral avec des arômes d’agrumes et de fruits exotiques. C’est un vin aromatique, sec, fruité et bien tendu comme on les aime.(13,10$)

Domaine de Fenouillet, Faugères, Combe Rouge, 2014, Languedoc, France

Très beau rapport qualité prix que ce rouge de l’appellation Faugères. Un assemblage  de syrah, grenache et carignan. Les vignes sont plantées sur des parcelles de schiste (faut être « masoschiste » comme Brigitte Jeanjean dit si bien) à 300 mètres d’altitude. De beaux arômes de framboise et de cassis, des notes épicées et oui disons-le cette impression de minéralité. Je ne vous ferai pas l’affront de vous conseiller d’y aller avec des grillades, puisque vous le savez déjà.(18,75$)

Devois des Agneaux d’Aumelas, 2013, Languedoc, France

Millésime après millésime, l’équipe de Brigitte Jeanjean fait mouche avec cet assemblage très languedocien de syrah et grenache. Les raisins sont bien mûrs mais jamais « cuits » grâce aux nuits fraîches du domaine. Beaucoup de fruits noirs, de garrigue et un peu de cacao et vanille mais pas trop. Avec ses beaux tanins veloutés, c’est un beau vin pour la côte à l’os. (19,45$) Si vous êtes davantage curieux, il existe d’autres superbes bouteilles à découvrir en importation privée chez Advini.