Cinq vins mousseux pour l’été !

Il n’y a pas que le rosé pour festoyer autour de la piscine ou sur la terrasse. Les vins mousseux sont une autre belle façon de relaxer. Après tout, les bulles ont toujours un petit côté festif très agréable. Voici quatre exemples de très bons rapports qualité-prix disponibles en tout temps, plus un sans alcool.

Par Frédéric Arnould (lefred@toutsurlevin.ca)

Soyons réalistes, les bulles champenoises ne sont pas à la portée de tout le monde. Mais, il existe tellement de vins mousseux plutôt abordables et qui procureront dans certains cas bien du plaisir. Oublions donc le traditionnel champagne pour cette fois-ci et concentrons-nous sur d’autres régions plus avantageuse économiquement parlant pour cet été. En passant, laissez de côté la flûte, comme le font d’ailleurs de plus en plus de producteurs, afin de mieux apprécier les subtilités du mousseux. Un Riedel Ouverture fera l’affaire entre autres.

domaine de fournDomaine de Fourn, Blanquette de Limoux, Languedoc-Roussillon, France

Commençons par une aubaine ces jours-ci. La blanquette de Limoux est un vin pétillant originaire du Languedoc-Roussillon, à base d’un seul cépage le mauzac. À moins de 19$, ce mousseux plaira à ceux qui chercher le plaisir immédiat de grosses bulles fruitées aux arômes floraux. Vif et frais en bouche, ce mousseux sera très apprécié en apéritif avec quelques grignotines. (18,95$)

clos des demoisellesLaurens, Clos des demoiselles, Tête de cuvée, Languedoc-Roussillon

Restons dans le Languedoc-Roussillon, mais cette fois-ci avec un crémant de Limoux. Un assemblage fait majoritairement de chardonnay et de chenin, on est ici dans un tout autre registre. Le nez de fleurs blanches et fruits tropicaux pour commencer fait ensuite place à de fins arômes de brioche et de mie de pain, légèrement biscuités. La bulle est fine et la persistante en bouche est bien présente. Assurément un bon achat année après année. (23,90$)

nino francoNino Franco, Brut, Valdobbiadene, Vénétie, Italie 

Direction le nord de l’Italie, en Vénétie pour se plonger dans le prosecco. Personnellement, je ne suis pas un amateur des proseccos demi-sec. Pour le moi, le brut est bien plus agréable. Le prosecco commandde un seul cépage, le glera. Primo Franco, qui a pris les rênes de la maison familiale il y a plus de 30 ans, s’est positionné parmi les meilleurs producteurs de prosecco. Ici, ce mousseux nous offre de belles grosses bulles, un corps plutôt léger avec des arômes de poire, de pomme et quelques effluves d’herbes à thé (camomille, peut-être). Frais et vif, un bel exemple de ce qui se fait de meilleur dans le prosecco. (22,45$) Toujours de la même maison, si vous pouvez le trouver, essayer le mousseux rosé Faive, qui n’est pas un proseccco mais bien un assemblage de merlot et de cabernet franc. Résolument un mousseux de gastronomie très distingué. (22,80$)

elyssiaElyssia, Gran cuvée brut, Freixenet, Espagne

On poursuit avec un cava espagnol concocté par la maison Freixenet, omniprésente sur le marché mondial de la bulle. Ici, la bulle est fine, le nez est rempli de pêches blanches, d’ananas mûrs avec en plus quelques touches de miel. En finale, on sent moindre un petit côté minéral très rafraîchissant. Belle acidité en bouche qui donne un bel équilibre à l’ensemble. Chardonnay, pinot noir, parellada et macabeo se partagent l’assemblage de belle façon. (19,95$)

 

st-regisSt-Régis, Brut, sans alcool

Et pour terminer, un mousseux sans alcool, puisqu’il en faut pour tous les goûts, avec ce brut à base de chardonnay désalcoolisé. Ce mousseux à moins de 0,5% d’alcool est fruité et floral à la fois, avec une bonne acidité. Le sucre est présent, mais pas trop. Une bonne solution de rechange pour ceux qui fuient l’ivresse. Existe aussi en version « Kir royal », aromatisée au cassis. Vendus en épiceries, IGA entre autres. (10,99$ à 12,99$) À la bonne vôtre !

Et puis n’oubliez pas… on sabre pour festoyer ! Revoici la vidéo pour savoir comment faire quand on n’a pas de sabre sous la main. Au plaisir !