Des bulles pour tout le monde !

Les belles soirées sont là, et quoi de mieux qu’un bon vin mousseux pour se refraîchir entre amis. Sabrons le champagne si les affaires sont vraiment très bonnes, sinon reportons notre soif sur quelques proseccos, cavas et autres crémants. Voici quelques suggestions pour tous les budgets et tous les goûts.

Par Frédéric Arnould (lefred@toutsurlevin.ca)

Comme vous l’aurez peut-être lu ici, il existe plusieurs façons de fabriquer du vin effervescent et chaque méthode conditionne en quelque sorte le prix final du produit. La méthode champenoise ou traditionnelle est la plus coûteuse parce qu’elle demande plus de temps pour en arriver au produit final. Pas étonnant cependant qu’il en résulte une plus grande complexité en termes d’arômes ainsi qu’une plus longue finale en bouche.

Les géants du cava

Commençons par quelques « cavas », les petits cousins espagnols du champagne. En général, les cavas sont composés de trois cépages espagnols que sont le macabeo, le parellada et le xarel-lo. En gros, il existe deux géants qui se partagent le gros du marché en Espagne ainsi que sur les marchés internationaux. Ils ont pour noms Freixenet et Codorniu. Leurs mousseux sont disponibles partout au Canada. J’en ai pointé 3 pour vous.

Freixenet, Carta Nevada : C’est le mousseux de base de l’Espagne. Il regorge d’arômes de fleurs et de pommes Granny smith. Une belle acidité en bouche et ces petites bulles qui pétillent en font un mousseux léger agréable avec une légère pointe de sucre.  (environ 13$)

0Elyssia-GranCuvee-CPrestigeFreixenet Elyssia Grand cuvée brut : Une bonne coche au-dessus, celui-ci est une des récentes nouveautés de Freixenet. Encore là ces arômes floraux, mais aussi une certaine minéralité, comme si on faisait couler de l’eau froide sur une pierre (si si, fermez les yeux). Oui, il est plus cher, mais sa longueur en bouche en vaut la peine. (environ 20$)

Anna de Codorniu : Dans sa bouteille blanche, ce Codorniu offre de délicats arômes d’agrumes, de pamplemousse et de lime. Doux en bouche avec sa fine mousse, il sera le parfait compagnon des sushis et des sashimis. (environ 15$ -16$)

codorniu

D’autres bons achats espagnols

Jaume Serra, Cristalino Brut : L’un des cavas les moins chers sur le marché (environ 13$). Bien sûr, rien de complexe dans ce mousseux mais juste ce qu’il faut d’agrumes et même ces petites levures qui donnent un beau relief à ce vin. Pourquoi bouder son plaisir à ce prix?


Segura Viadas, Reserva, Brut
: Des agrumes en masse (citron et lime) avec des notes de fruits tropicaux (pensez ananas). Il est frais en bouche et a une belle finale, tout en équilibre. (15-16$) Bon rapport qualité-prix.

paresbaltaPares Balta : Celui-ci est un mousseux « biologique ». Fleurs blanches, notes végétales et puis cette mousse crémeuse en bouche (comme un crémant). Une belle finale où s’orchestrent avec brio des saveurs florales et fruitées. (18$-19$)

Du Prosecco

C’est assurèment le mousseux qui a le vent dans les voiles. Il fait mal aux cavas et gagne du terrain sur les marchés internationaux. Ce mousseux originaire du nord de l’Italie est composé d’un cépage peu connu en dehors des frontières de l’apellation : le glera. Il existe bien des produits bas de gamme, parfois un peu trop sucrés à mon goût. Mais voici quelques exemples intéressants.

Ruffino Prosecco : le géant du Chianti offre ici un prosecco bien fait, sans fioritures, où les arômes fruités côtoyent les fleurs. C’est frais et souple en bouche. De jolies bulles pour environ 18$.

Prosecco Zonin, cuvée 1821 : Un autre géant du Prosecco qui au nez, fleure bon les poires., l’amande et toujours ces fleurs blanches. Finale courte mais tellement frais en bouche. (environ 16$)

Vous avez quelques dollars de plus, alors « investissez » dans les Proseccos Superiore de l’appellation Valdobbiadene. Un peu plus chers oui, mais plus complexes.

magheritaSanta Margherita Valdobbiadene Prosecco Superiore : Vous connaissez peut-être ce nom. Normal, son pinot  griggio est très populaire au Canada. Ce Prosecco Superiore est « fichtrement » bien fait avec cette fraîcheur qui éclate en bouche. De la pomme, de la pêche et des arômes floraux, il vaut bien son 20 $.

Valdo, Valdobbiadene Prosecco Superiore Marco Oro : À environ 21-22 $, celui est à mon avis une petite coche au-dessus. De la poire, un bouquet de fleurs printanières et de la pêche blanche, voilà l’ensemble emballé dans de fines bulles persistantes. Fruité et agréable.

Et les crémants alors ?

Bailly-Lapierre Crémant de Bourgogne Brut :  Là encore, on est dans la méthode champenoise. Un assemblage de pinot noir, de chardonnay, de gamay et d’aligoté qui donne ici un mousseux aux fines bulles crémeuses en bouche (d’où le nom de crémant). Pommes rouges et poires jouent les premiers rôles 0demoisellesdans ce mousseux idéal pour accompagner les salades estivales. (25$).

Laurens Clos Des Demoiselles Tête De Cuvée 2012 : Un crémant de Limoux (du Languedoc) qui, au nez, dégage des arômes soutenus et complexes de crème patissière, de pommes, de poires et quelques touches de miel. Un vin vif, sec et désaltérant (22$).

Du californien, peut-être ?

La Californie est aussi un beau terrain fertile pour les vins mousseux. Il ne faudra donc pas s’étonner d’y voir surgir les grands noms du pétillant comme Freixenet, Gloria Ferrer, Chandon (comme dans Moët et Chandon) et autres.IMG_20150419_115358

Mumm Prestige Brut : Ce mousseux de la vallée de Napa est produit par la fameuse maison champenoise Mumm (vous savez, avec le cordon rouge). Du pinot noir, du chardonnay et un peu de pinot meunier donnent un savant mélange d’arômes de pêche, d’agrumes et puis cette touche typique du champagne qu’est le biscuit et de pâte à pain, résujltat de saveurs autolytiques qui se développent grâce aux levures qui font leur oeuvre au fil du temps. C’est vif, c’est bon et complexe. (de 23 à 30$ selon les provinces)

Champagne !

Pour les grandes occasions, il y a évidemment le champagne. Nous avons droit à un bel échantillons de produits au Canada. Les Nicolas Feuillatte, Dom Pérignon millésimés, Taittinger et toute une kyrielle de grandes marques ornent nos tablettes. Je vous en citerai juste un, qui, à mon humble avis fait partie de la crème de la crème de la gamme champenoise.

0polrogerPol Roger brut Réserve :  Une maison de qualité qui met du soin dans l’élaboration de ses vins, même pour les non-millésimés comme celui-ci. Et pour cause, aucun des cépages présents dans ce champagne ne se rend dans la bouteille s’il n’a pas passé au moins 3 ans en repos. C’est dire que c’est un vin pétillant de caractère avec une belle charpente. Le résultat ? Plein en bouche, grâce aux pinot noir et pinot meunier, le tout enrobé d’une mousse crémeuse. Floral et pain grillé (brioche ?) sont les arômes qui viennent tout de suite à l’esprit. C’est équilibré et bougrement agréable. (60-63$)Pas étonnant que Winston Churchill (un sérieux buveur) en avait fait sa maison de prédilection. D’ailleurs, si vous le pouvez, offrez-vous la cuvée Sir Winston Churchill, vous ne le regretterez pas.

Terminons sur une citation du même Churchill qui a déclaré un jour : « Je ne pourrais vivre sans champagne. En cas de victoire je le mérite, et en cas de défaite j’en ai besoin ». Là-dessus, à la bonne vôtre !

Pour savoir comment ouvrir votre bouteille de mousseux de façon grandiose, c’est ici .