Des vins à boire cet automne

Pourquoi ne pas se faire plaisir en cet début d’automne avec de bons petits vins bien ficelés pour moins de 20$ (ou presque) ? Le temps des derniers barbecues et des belles soirées nous commandent de consommer des vins blancs fruités et quelques rouges moyennement corsés, à boire légèrement rafraîchis à 16-18 degrés.

Par Frédéric Arnould (lefred@toutsurlevin.ca)

Parmi les rouges, vous trouverez surtout des italiens, au format gustatif idéal pour accompagner vos viandes ou autres petits plats d’entrée et accompagnements. Seul un rouge français s’y est glissé cette semaine, normal me direz-vous, puisqu’il s’agit d’un cabernet franc. (Oui, je sais, ce cépage fait partie de mes favoris)

teroldegoMezzacorona Teroldego Rotaliano Riserva 2011, Trentino Alto-Aldige, Italie

Ce vin nous provient du Trentin Haut Adige, qui est la région la plus septentrionale de l’Italie. Celle-ci est très montagneuse  et seulement 15% des sols y sont cultivables. 300 producteurs se répartissent 400 hectares de Teroldego, un cépage que certains Californiens comparent au zinfandel. Celui-ci, du géant italien Mezzacorona offre un joli fruité estival remplis de cerises noires, de prunes et de mûres sauvages que l’on cueille sur le bord de la route. Son petit côté riserva ressort pour nous gratifier de notes épicées. Une belle acidité pleinement « salivante » en bouche, un vin  moyennement corsé et quelques tanins fermes. Allons-y avec une bavette ou des brochettes d’agneau. (18,75$)

romagnaPoderi dal Nespoli, Prugneto Sangiovese di Romagna Superiore 2013

La Romagne souvent couplée avec Émilie, pour former la région de l’Émilie-Romagne, adjacente à la géante Toscane, nous propose de jolis vins à découvrir. Fruité à souhait (cerise et parfum de violette), tanins veloutés en bouche et boisé épicé pour emballer le tout. Une entrée de pâtes fraîches, quelques tomates fraîches ou mieux encore, un carpaccio de bœuf avec un filet d’huile d’olives, un peu de poivre et de généreux copeaux de parmesan, et le tour est joué. (19,95$)

allegriniAllegrini Palazzo della Torre 2011

Attention, ici, on monte d’un cran en termes de concentration de fruits et de corps et, il faut bien le dire, de profondeur. Ce vin est un assemblage classique de corvina (le cépage des fameux et capiteux amarone de la Valpolicella), de rondinella et de sangiovese. Ce vin bénéficie de la technique de passerillage. Une partie des raisins récoltés sera envoyé sur un lit de paille afin de les faire sécher au soleil et à la chaleur afin qu’ils se concentrent au maximum de sucre. Puisque le raisin sèche, il perd de son volume en eau. Résultat, alors que 100 kilos de raisins peuvent donner jusqu’à 75 litres de vin, la technique de passerillage ne produira que seulement 25 litres très concentrés à partir de 100 kilos. Le Allegrini vous offrira du fruit noir (cerises, prunes) et son passage en barriques génère des arômes vanillés et de moka. C’est costaud en bouche avec une ferme trame tannique et 14% d’alcool. Beau mariage avec des côtelettes d’agneau aux herbes de Provence avec quelques tomates au four ou grillées. À passer en carafe. (24,95$)

saumurChâteau de Brézé, Clos Mazurique, 2013, Saumur, Val de Loire, France

Allons-y avec un cabernet franc de l’appellation ligérienne de Saumur. Un petit côté végétal et herbacé typique de ce cépage, frais de goût (coucou le poivron vert) que j’affectionne particulièrement. Des notes florales et de fruits rouges sont au rendez-vous.  Une trame tannique jeune mais pas du tout asséchante. Servez très légèrement rafraîchi avec un vrai bon burger de luxe sur votre barbecue ou une belle assiette de charcuterie avec quelques olives. (19,65$)

Et maintenant quelques blancs frais avec quand même un peu de matière, en provenance de la France et du Portugal, en passant par l’Italie.

catarinaCatarina, Bacalhoa, 2014, Portugal

Dans les rouges, les vins du Portugal recèlent de perles de grande valeur à prix d’ami avec des cépages autochtones propres à ce petit coin de la péninsule ibérique. Les blancs ne sont pas en reste  et que voici un exemple des plus surprenants. Le Catarina est un assemblage de Fernao Pires et d’Arinto (des cépages locaux), agrémenté de chardonnay. Les premiers fermentés en cuves d’acier inoxidable, le deuxième en fûts de chêne français. Pêche, ananas, notes florales, tout y est. Et puis cette texture grasse en bouche, qui vous remplit le palais. Belle longueur en bouche pour ce prix (14,95$ !) Vraiment une belle découverte à accompagner de plats épicés. Mon coup de cœur…

tariquetDomaine de Tariquet, Sauvignon blanc, Côtes de Gascogne, 2014

Pour le même prix, un vin aux antipodes du premier. Léger, fruité et très vif en bouche. Des notes végétales et d’agrumes proéminentes qui vous feront saliver à plein régime avec un petit côté minéral très rafraîchissant.Rien de très compliqué, juste un vin plaisir entre amis. Quelques bouchées estivales et des brochettes de crevettes grillées aux agrumes ou aux herbes fraîches lui iront parfaitement. (14,95$)

montalto

 

Barone Montalto, Viognier 2013, Sicile, Italie

Allons dans le sud italien, plus précisément en Sicile pour déguster ce viognier qui regorge d’arômes d’agrumes, de fruits tropicaux, de pêches avec des notes d’épices et de miel. Moyennement corsé et très fruité, voilà un vin bien équilibré avec une bonne acidité en bouche, un léger taux d’alcool (12,5%) qui laisse une impression de satisfaction en bouche. Essayez avec une salade de crevettes. (15,95$) J’ai déjà hâte à l’été prochain ! À la bonne vôtre…