Douze vins blancs pour tous les goûts et tous les budgets

Le vin blanc, ce n’est pas que du chardonnay, du pinot grigio ou du sauvignon blanc qui sont vinifiés uniquement dans leur région d’origine. D’ailleurs, pourquoi ne pas profiter de cet été pour explorer quelques classiques mais aussi de nouveaux sentiers vinicoles ? Voici donc 12 vins de régions bien différentes et de cépages plutôt variés. En plus, il y en a pour tous les goûts et tous les porte-monnaies.

Par Frédéric Arnould (lefred@toutsurlevin.ca)

agarenaAgarena de murviedro, Viura-sauvignon blanc, 2014, Valencia, Espagne
Ah le petit vin blanc qu’on boit sous les tonnelles…ou en pique-nique ? Voici on ne peut plus bon marché avec cet assemblage de viura et de sauvignon blanc. Tout simple , ce vin n’a comme mission que celle de vous désaltérer à petit prix. C’est frais, avec des arômes de fruits mûrs exotiques, de poire et de notes florales. Merci qui ? Merci l’Espagne ! (9,80$)

montalto catarattoMontalto, Catarratto-viognier, 2014, Sicile, Italie
Direction la Sicile avec comme second violon le viognier. La vedette ici c’est le cataratto, un cépage de l’ouest de la Sicile, frais et croquant.
Miel, pêche, poire sont au rendez-vous dans le verre. D’une grande buvabilité à 12,5% d’alcool. Bien fait et agréable. Parfait pour l’apéro. (11,50$)

 

grand ballonLe Grand ballon, Sauvignon blanc, Vallée de la Loire, France
Un beau ballon de blanc pour poursuivre avec ce sauvignon de la Loire qui regorge d’arômes d’agrumes (surtout pamplemousse) et de fruits à noyaux. Sans oublier le petit côté herbacé, comme le gazon fraîchement coupé. C’est frais et vif en bouche. On en redemande. (14,55$)

don pascual

 

Don Pascual, Réserve viognier, 2015, Uruguay
Quand je vous parlais de sentiers moins battus que d’autres, pourquoi pas aller en Uruguay avec ce viognier rempli d’arômes de fruits à noyaux (abricots) et de notes de fruits tropicaux ? Le viognier a une texture traditionnellement riche en bouche et celui-ci ne fait pas exception. Une belle acidité et beaucoup de matière dans le palais en font un bon achat à ce prix-là. Un peu d’exotisme pour 15,45$.

 

pierre sparrPierre Sparr Reserve, Pinot Gris, Alsace, France
Oublions un peu la version italienne du pinot gris, le fameux pinot grigio, pour se concentrer sur celui de l’Alsace. C’est plus léger et disons-le, plus délicat. Pêche, poire, notes florales, ce blanc est souple en bouche et très digeste. Rien de formidablement complexe, mais juste ce qu’il faut pour plaire à bien du monde qui le choisiront pour la terrasse ou pour accompagner des mets asiatiques plus relevés. (17,95$)

kung fu girl

 

Kung Fu Girl, Charles Smith Wines, Riesling, 2014, État de Washington, USA
Un riesling avec une étiquette plutôt moderne qui donne envie de le boire avec des sushis oou des mets asiatiques (thaïlandais) épicés. Ce riesling demi-sec est parfumé aux effluves de citrons, de pommes vertes et de mandarines. Bel équilibre entre l’acidité vive et une texture grasse en bouche. (20,50$)

 

balthasarBalthasar Ress Weingut Riesling Trocken, 2014, Allemagne
Le débat fait rage entre amoureux du riesling. Certains ne jurent que par les vins doux (sucrés), d’autres par les vins secs. J’avoue mon allégeance aux seconds. Ce riesling sec (trocken) est très élégant avec ces arômes d’agrumes et de pomme verte. Un petit côté herbacé et minéral. Une longue finale en bouche. Un bel achat. (20,65$)

 

la tour-l'eveque

 

Château la Tour de l’Évêque, Blanc de blanc, 2014, AOP Côtes de Provence
Un assemblage plein de fraîcheur fait de 76% de rolle (eh oui) et de 24 % de sémillon. Ce vin bio dont les raisins ont été cueillis à la main a des arômes floraux, de pêche, de miel et de pierre humide. La texture en bouche est grasse et très rassasiante. Une curiosité à l’acidité légère à explorer. (21$)

petit fumé

 

Michel Redde & Fils Pouilly-Fumé Petit Fumé, 2015, Vallée de la Loire, France
Un autre bon sauvignon blanc de la Loire que celui-ci de l’appellation Pouilly-Fumé. À ne pas confondre avec le Pouilly-Fuissé, à base de Chardonnay bourguignon. Ce blanc est frais, croquant à souhait et de multiples arômes dansent la sarabande dans le verre. Ça sent la mandarine, le citron, le pamplemousse mais aussi le melon, la pêche à chair blanche et la poire. C’est gouleyant et frais en bouches. Avec une belle assiette de fruits de mer, ce sera parfait. (21,70$)

raymondRaymond, Chardonnay, Réserve sélection, 2014, Napa Valley, Californie
Bien sûr, on est dans la vallée de Napa, sorte de Disneyland du vin pour certains, avec des vins de chardonnay pas toujours subtils, souvent crémeux et disons-le, plutôt lourds. Je me suis donc risqué à essayer ce vin. Au nez, le fruité ici est très présent avec des effluves de pommes et de poire avec un petit côté grillé pas du tout envahissant. En bouche, pas de texture beurrée comme peut l’être le cliché du chardonnay californien. Normal, puisque la maturation du vin est plutôt équilibrée, entre le fût de chêne français mais aussi la cuve inox pour préserver le fruit. Oncteux et vif à la fois. Bref le côté bourguignon de Jean-Charles Boisset, façon nouveau monde. (27$)

natomaEaston Natoma, 2013, Sierra Foothills, Californie, USA
Sotons des sentiers battus de la Loire et de Bordeaux, territoires classiques du sauvignon blanc pour aller goûter un peu de Californie avec ce vin du californien Bill Easton. Que voilà un vin sec très vif en bouche, très aromatique qui vous chatouille les narines avec ses notes « un poil » poivrées et mentholées. Le fruité est mûr et va de l’ananas au melon. Un sauvignon blanc très chouette et différent. (28,05$)

maligny

 

Château de Maligny Chablis Premier Cru Homme Mort 2014
C’est ce chablis qui ferme la marche avec un chardonnay tout en finesse où le citron tient le haut de l’affiche, avec en co-vedette pêche et abricot. C’est vif comme doit l’être un chablis, mais avec un petit flatteur plus grassouillet en fin de bouche. Avec toujours cette franche minéralité crayeuse de la maison Maligny. Pourquoi l’Homme mort, me dire-vous ? C’est l’un des huit lieux dits qui composent ce 1er cru de Fourchaumes. (36$) À la bonne vôtre !

2 comments