Le vin de la semaine : Une petite gâterie argentine

Le vin de la semaine

Avouez que ce n’est pas tous les jours qu’on peut se payer un Château Lafite. Ce premier grand cru classé de Bordeaux se vend, si vous pouvez en trouver, à 699$ la bouteille pour le millésime 2013. Ce domaine qui appartient à la branche française de la richissime famille Rothschild depuis 1868 produit probablement un très bon vin, mais pas vraiment à la portée de mon portefeuille, loin s’en faut. Je vous rassure tout de suite, il est possible de boire malgré tout du Rothschild pour une fraction de ces prix exorbitants. Depuis quelques années, la famille a étendu son empire vinicole jusque dans les lointaines contrées de l’Argentine en collaborant avec une autre grande famille célèbre d’Amérique du sud, les Catena. Il leur a suffi d’unir leurs destinées vinicoles pour fonder les Bodegas Caro. (CAtena-ROthschild, il fallait y penser !) Poussant la chose plus loin, ils ont même uni les cépages emblématiques de leurs pays d’origine : le malbec et le cabernet-sauvignon dans ce vin qui porte le nom d’une fleur qui pousse en altitude dans les Andes.

amancayaAmancaya Gran Reserva, Mendoza, Bodegas Caro

Dégustation : Le savant mélange de 65% du raisin malbec, (qui tout seul, est parfois trop massif, coloré et lourd), et de 35% de cabernet-sauvignon donne ici un vin consistant certes, mais très élégant. Au nez, on décèle des arômes de fruits noirs (de la mûre), de groseilles rouges avec la rondeur réconfortante de la prune. Pas de doute, le vin est mûri en fûts de chêne pendant un an et cela se sent. Vous y trouverez ces notes typiques de vanille, de chocolat et de menthol. Pas de tanins astringents ici, c’est très velouté en bouche et les épices viennent souligne rle tout. Beaucoup de matière pour un vin de ce prix.

amancayaRapport qualité-prix : Que voilà un vin qui en donne beaucoup pour son prix (23,75$). De plus, il se gardera bien encore quelques années. Le savoir-faire de deux grandes maisons réputées à prix doux pour se faire plaisir et se récompenser de la semaine de dur labeur.

Accords : J’irai avec une bonne viande. Pas forcément, le gros steak coupe New York ou rib-eye, mais plutôt de l’agneau (avec un peu de menthe?) ou pourquoi pas, si vous en avez sous la main, du cerf. Sinon, osez le magret de canard, vous pourriez être surpris. À la bonne vôtre !

2 comments

  • Borca Stéphanie / BRC Selection Service

    Bonjour ,comme d,habitude je lis vos lettre d’amour sur le vin et il me procure le même plaisir que les confiture aux noix vert ,que je préparais quand j’avais 8-9 ans. C’est un délice .
    Je tient a vous remercier .
    Je suis née a la campagne,en Roumanie ,quand elle était comuniste. J’ai participer tout le long de mon enfance aux travaille de la vigne de mes parents et me grands parents et aujourd’hui j’ai la chance de partage ce que j’ai vécu ,a travers vos magnifique écritures. Aujourd’hui je vit a Paris et je vend de vin que je sélection par ci par la.
    Pas beaucoup mais je suis contente.
    Vos article m’aide pour comprendre ci je suis a la auteur ceux qui sont experts ou simplement due .
    Merci encore

    Cordialement
    Stéphanie Borca Munteanu
    Ps. je import en petit quantité des vin d’Argentina le vin Seclantas Adentro .
    Bodega Tacuil
    Il est dans quelque restaurent et cave a vin a Paris.
    J’ai trouver quelque petites larme de raisin en Roumanie , je veut les faire découvrir a Paris aussi.
    (je ne suis pas prétentieuse ) j’adore ce que je fait a petit échelle .