Les 15 bouteilles de bulles pour les fêtes

Depuis quelques semaines, les nombreuses caisses de champagnes et de vins mousseux ont pris d’assaut les succursales du monopole. Le choix est presque déconcertant tellement les étiquettes se suivent et ne se ressemblent pas, Voici 15 bouteilles de mousseux et champagnes qui chacune dans leur catégorie, se sont distinguées et qui sont de plus disponibles un peu partout. Une liste à épingler et à partager sans modération avec vos amis*…

Les crémants

Le crémant est un petit cousin du champagne qui utilise d’ailleurs la même méthode de vinification, c’est à dire une deuxième fermentation en bouteille qui permettra “d’emprisonner” le CO2 dégagé par la transformation du sucre en alcool (grâce à l’action des enzymes et des levures). Nous avons donc de belles bulles naturelles. Dans le cas des crémants, vous aurez l’impression de bulles…crémeuses.

Ackerman, Crémant de Loire Brut, France

Un des maîtres du crémant demeure Ackerman dans la Val de Loire. Dans cet assemblage de chenin blanc, de chardonnay et de cabernet franc, on trouve du fruité (pêche-pomme), des notes florales, encadrés par une bonne structure. Un léger côté salin, presque minéral. Assurément, un des meilleurs crémants de la Loire sur le marché, qui n’en compte pas beaucoup d’ailleurs de par chez nous. (20,40$)

Marcel Cabelier, Crémant du Jura Brut, 2012, France

On croque dans le raisin et on a le sourire. Une jolie bulle du Jura, 100% chardonnay cultivé en bio en plus ce qui ne gâche rien. Un crémant très aromatique aux arômes de fruits blancs et d’agrumes. J’ai encore du 2010 en cave, et il évolue joliment. De bien belles bulles du Jura qui surprendront vos convives. (21,80$)

Clos des Demoiselles, Tête de cuvée, Crémant de Limoux, 2014, Languedoc-Roussillon, France

Année après année, cette bouteille du Languedoc-Roussillon fait partie des incontournables pour toutes les occasions qui méritent qu’on les célèbre. Superbe comme d’habitude. Il remplacera allègrement certains champagnes parfois trop chers pour ce qu’ils offrent. On ne se trompe pas si on fait provision de ce crémant élégant et toujours très réussi. (22,50$)

Les champagnes

Puisqu’on parle du champagne, permettez-moi d’abord de vous rappeler la provenance de la bulle ici. Cette appellation qui se retrouve sur toutes les tables du monde continue de faire le plein d’amateurs avec des prix justifiés par la rareté (relative) du produit très délimité au niveau du territoire. Les grandes maisons telles que Clicquot, Piper-Heidsieck, Moët et Taittinger ont beau se tailler la plus grosse part du gâteau, certaines maisons moins “bling bling” valent qu’on s’y attarde.

Deutz, Brut classic, France

La “petite” maison de Champagne Deutz se différencie des géants champenois par un savoir faire qui s’apparente à de la dentelle. Ce n’est pas du tout un champagne “bling-bling”. Plutôt une jolie fine bulle florale aux accents de pain grillé, de pommes jaunes et d’agrumes. Raffiné et très “classe”. (58,75$)

Pol Roger, Champagne Brut, France

Il demeure l’un de mes champagnes favoris. Pas le moins cher certes, mais toujours de constante qualité. Et puis dépasser une ou deux fois par année le 60$, ce n’est pas si dramatique quand l’occasion se présente. Pommes jaunes, baguette de pain fraîchement cuite, gourmand et élégant du début à la fin. (62,25$)

Bollinger, Spéciale Cuvée, Champagne, France

Attention, splendeur en bouteille ! On ne présente plus cette maison classique champenoise. Jolie robe dorée, symptomatique des cépages noirs (pinot noir 60% et 15% pinot meunier de l’assemblage). Du fruit mûr (pomme rôtie, pêche), des notes d’épices et arômes de brioche et de crème brûlée. Des bulles veloutées et belle longueur en bouche. Parfaite bouteille pour les fêtes. (81,75$)

Drappier, Brut nature Pinot noir, Zéro dosage, France

Un brut nature 100% pinot noir. Presque pas de sucre résiduel ici. ALors que la moyenne des Chapagnes tournent autour des 10-12 grammes par litre, Drappier a baissé le niveau sous la barre des 4 grammes. Il en résulte un champagne vineux, brioché, consistant, ciselé et très digeste. Bravo.(49,75$)

Les mousseux rosés

Pour ceux qui aiment les mousseux plus vineux, les rosés demeurent l’option rêvée. Oubliez donc le chardonnay dans l’équation des assemblages. Ici, les cépages rouges font la loi.

Pares Balta, Cava pink, Catalogne, Espagne

Un mousseux catalan qui se taille de plus en plus une place dans le cellier des amateurs de bulles rosées. Grenache, parellada et macabeo s’unissent pour un festival de petits fruits rouges dans le verre (fraise, groseille rouge) avec le côté épicé qui ressort en fin de bouche. Et, bonus, on est en bas de 4 grammes de sucre par litre. Bien fait et gourmand. (17,60$)

Fantinel, One & Only Brut Millesimato, Frioul-Vénétie, Italie

Une belle surprise que ce rosé italien fait de pinot noir (90%) et de chardonnay. C’est hyper délicat au nez avec ces notes florales et arômes de fruits rouges. De fines bulles très agréables et surtout beaucoup de fraîcheur dans le verre. Super découverte à l’aveugle qui en ravira plus d’un et plus d’une. (18,95$)

Wolfberger, Crémant d’Alsace rosé, France

Ne vous fiez pas à l’étiquette plutôt austère de la bouteille. Sinon vous allez passer à côté d’un crémant rosé d’Alsace très réussi. Un 100% pinot noir avec une fine bulle de crémant. Un vin passe partout avec une belle vinosité. Idéal pour l’apéro. (19,60$)

Les cavas

Pendant des années, les maison de cava (qui utilisent la méthode traditionnelle de production) ont pigé beaucoup dans la clientèle des champagnes tellement certaines caves ont réussi à produire du haut de gamme. Aujourd’hui, les cavas ont perdu quelques plumes dans le marché, au profit du prosecco. Ce n’est pas une raison pour bouder son plaisir d’en redécouvrir quelques-uns.

Juve Y Camps, Reserva de la Familia, 2013, Catalogne, Espagne

Un mousseux catalan par un producteur dont la réputation n’est plus à faire. Tantôt rustiques, tantôt « classy », les vins effervescents de Juve y Camps sont diablement bien faits. Un beau cava robuste tranchant et rafraîchissant. (21,85$)

Castillo Perelada, Brut Reserva, Catalogne, Espagne

Un cava avec des bulles façon crémant. Pas juste du fruit avec un peu de nez brioché. 15 mois d’élevages en cave plus tard, ce cava offre un petit côté pomme verte croquante en bouche puis emballe le tout avec des arômes de mie de pain fraîche. Chouette découverte. (21,05$)

Les proseccos

Cette appellation du nord de l’Italie réussit à tirer son épingle du jeu avec un savoir faire propre à la région. Et qui doit son succès à de bons rapport qualité prix et à son cépage exclusif, le glera.

Nino Franco, Brut, Prosecco di Valdobbiadene, Vénétie,Italie

Un très bon prosecco qui exprime bien le savoir-faire et le raffinement de Nino Franco. Un mousseux tout en harmonie avec un côté pomme-poire et une belle dose de minéralité Une belle acidité accompagne une bouche plutôt crémeuse. Finale un peu amère, exécutée de main de maître dans l’appellation Valdobbiadene.  (21,30$)

Astoria, Fàno Prosecco superiore, 2016, Vénétie, Italie

Dans sa fiole un peu rococco, on trouve une belle expression du cépage glera. Un prosecco superiore qui a du caractère avec un nez de parfum et de notes florales. La bouche est vigoureuse dès l’attaque. Beau fruité frais. Une bouteille charmante pour les amateurs de l’appellation. (20,10$)

 

*cliquez sur la bouteille pour les disponibilités en succursales

Pour ouvrir votre bouteille en épatant vos amis…revoici la vidéo explicative ! À la bonne vôtre !

Publicités

Laisser un commentaire