Les 3 vins « coups de cœur » de la semaine

On est à ce moment charnière. Celui on l’on va, dans quelques jours, basculer irrémédiablement vers l’automne avec ses matins et soirs froids. Autant profiter de ces derniers jours ensoleillés aux températures de fin d’été plutôt que de se morfondre à planifier la pose prochaine de ses pneus d’hiver. Du vin pour tourner la page estivale mais aussi pour entamer l’automne ? Voici 3 suggestions qui rempliront cette double mission…

Par Frédéric Arnould (lefred@toutsurlevin.ca)

riparosso illuminatiRiparosso Illuminati, Montepulciano d’Abruzzo, 2015, Italie

Cela fait plusieurs années que ce vin fait quelques-unes de mes belles soirées d’automne et d’hiver. À moins de 15$, cet italien rustique des Abruzzes offre beaucoup pour son prix. Attendez-vous à des arômes de cerises noires, violette, réglisse et épices. En bouche, cette cuvée 2015 est particulièrement pourvue de tanins charnus. Comme on dit, ce vin a de la mâche. Assurément, un très bon achat une fois de plus. Boulettes sauce tomate, poulet parmigiana, ou pourquoi pas du poulet grillé. (14,80$)

mcmanusMcManis, Cabernet sauvignon, 2015, Californie, États-Unis

Oui, le cliché veut que les cabernets californiens sont des bombes de fruits à haut taux d’alcool avec une tonne de “deux par quatre” dans le baril. Même si la tendance est au plus subtil (en tout cas, certains veulent nous le démontrer par leurs efforts), force est de constater que le cliché colle aux semelles de bottes californiennes comme du “chewing gum”. Ce petit cab sympa est agréablement surprenant. Oui, il est boisé, mais très digeste. Son acidité est rafraîchissante et ses tanins plutôt souples. Et bonne nouvelle, c’est un vin sec ! Loin des Apothic Red et Ménage à trois qui regorgent de sucres résiduels à vous bomber le gras du bide en moins de deux. Pour un dernier barbecue avant l’Halloween ou un rôti de palette mijoté. (19,95$)

SignarguesSignargues, Côte du Rhône Villages, Pierre Henri Morel, 2014, France

La vallée du Rhône est divisée en deux parties, le nord et le sud. Pour ceux qui connaissent et apprécient les cépage rhodaniens, le nord est synonyme de vins à dominante de syrah et de crus très respectés (Cornas, Crozes-Hermitages, St-Joseph, Côte Rotie…). Alors que dans le sud, les vins contiennent majoritairement du grenache (dont les Châteauneuf du Pape, rouges ou blancs, qui peuvent être assemblés à partir d’au moins 18 cépages différents. Donc la prochaine fois que vous tomberez sur une bouteille de vin du Rhône, vous saurez à quoi vous en tenir en termes de nord et de sud grâce aux cépages dominants. Cette semaine, je vous emmène dans le sud avec ce Côte du Rhône Villages mûri sur le sol typique de galets, ces mêmes galets qui se gorgent de soleil le jour pour réchauffer la vigne la nuit. Ici, vous ne trouverez pas de traces de boisé dans le verre et pour cause, le vin est vinifié et élevé dans des cuves de béton. Il en résulte un vin concentré sur les fruits noirs, sans cette lourdeur que pourrait y ajouter une maturation excessive en fûts de chêne. Des notes de mûres, de cerises noires, de réglisse et d’épices donnent lieu à des moments très satisfaisants dans le gosier. Beaucoup de matière et de fraîcheur. Un petit cassoulet automnal avec ça ? Oui, messieurs, dames ! (19,55$) À la bonne vôtre !