Les trois vins de la semaine

Trois vins du Nouveau Monde cette semaine, histoire d’explorer les contrées éloignées de la Californie à l’Afrique du Sud en passant par l’Argentine.

Autant vous le dire tout de suite, je me méfie toujours des étiquettes de vins qui comportent des designs un peu « funky. Les créatures de tout acabit en font d’ailleurs partie. Vous rappelez-vous des kangourous de Yellow Tail et du Little Penguin ? Des vins industriels sans caractère.

Tussock Jumper, Chenin Blanc, 2016, Afrique du Sud

Si je m’étais cantonné à cette pensée, je n’aurais pas essayé ce vin habillé d’une étiquette de rhinocéros portant un chandail de laine rouge. Oui, je sais c’est bizarre, mais ce producteur a un animal différent à chandail rouge pour chacune de ses cuvées. Nous avons affaire ici à un chenin blanc plutôt mûr avec de la pêche et de l’ananas et fruit tropicaux. C’est fruité, vif, sec et bien fait. À prix d’amis aussi. Dégusté avec quelques rondelles de chorizon en apéro. (13,30$)

Raymond, Family Classic, Cabernet sauvignon, 2014, North Coast, Californie

On met les voiles vers la Californie pour goûter ce cabernet de la maison Raymond, qui depuis 1999, a été reprise par le producteur bourguignon Boisset. Pas de jus concentré parfumé au deux par 4, mais plutôt un cabernet mûr certes, mais avec une bonne fraîcheur quand même. Cassis, mûre, un brin de cèdre et de vanille juste ce qu’il faut. Un peu de merlot, de malbec et de cabernet franc sont venus s’ajouter à ce vin moyennement corsé et plutôt souple. (21$)

Unanime, Mascota Vineyards, 2013, Mendoza, Argentine

Si vous cherchez un vin corsé et costaud, je vous recommande ce vin argentin d’un producteur haut de gamme, loin des petits malbecs habituels. Ce gaillard s’appelle « Unanime » et est composé de cabernet sauvignon (60%), de malbec et de cabernet franc. Le poids de la bouteille elle-même nous indique qu’on ne fait pas dans la dentelle ici. Ce vin est plutôt massif et de temps à autres, cela fait du bien. Fruits noirs et puis cette ribambelle d’arômes de tabac, de chocolat, d’épices douces et de boisé. Attention je n’ai pas dit lourd, car le cabernet franc vient relever le tout de son acidité salvatrice. Amateurs de steaks et de plats mijotés, à la bonne vôtre ! (28,95$)

2 comments

  • Thomas Tremblay

    Salut, ça serait intéressant si tu pouvais ajouter une indication quant à la garde et le potentiel du vin. Surtout dans le cas de l’argentin, ça me semble pertinent.

    Merci, c’est toujours agréable de te lire
    T