Trois vins à découvrir cette semaine

Du Minervois à l’Afrique du Sud en passant par un crochet vers la Toscane, voilà la balade de cette semaine, une bouteille à la fois ! 

Par Frédéric Arnould (lefred@toutsurlevin.ca)

secateurs-chenin-blancBadenhorst, Sécateurs, Chenin Blanc, 2015, Afrique du Sud

Un blanc de l’autre bout du monde pour débuter cette sélection de la semaine. Direction l’Afrique du Sud avec ce chenin blanc, un cépage devenu emblématique dans ce pays. Je ne saurais trop vous conseiller de faire le plein de ce vin avant qu’il ne disparaisse des tablettes, car il est franchement bon. C’est très aromatique, très floral avec en plus des notes de citron, de poire et de pêche blanche. Une partie de ce vin est vieilli en fûts de chêne français, ce qui lui donne un autre angle intéressant. Un bon choix pour sortir des sentiers battus du pinot grigio et autre chardonnay ennuyeux. (18,20$)

trois-petits-cLes 3 petits C, Val de Cesse, Vignoble du Loup Blanc, Minervois, 2013, France

Tout le monde connaît l’histoire des trois petits cochons et du grand méchant loup qui bouffa la mère grand et bavait à l’idée de dévorer le petit chaperon rouge, n’est-ce pas ? Le loup blanc, c’est l’histoire d’amour du vin, de la vigne et d’Alain Rochard, un Français qui fut propriétaire du défunt restaurant le Continental de Montréal. Depuis, il a ouvert l’un des bars à vins les plus courus de la métropole, le Rouge-Gorge. Son domaine produit plusieurs cuvées autour du thème du conte de Charles Perreault, dont celle-ci, les 3 petits C. Résultat, un assemblage de quatre cépages espagnols, (carignan, grenache, tempranillo et alicante-bouschet) avec de petits rendements. Des fruits rouges, des bleuets avec des notes d’eucalyptus, que voilà un vin avec suffisamment d’amplitude et de grain pour passer une belle soirée à bon prix ! C’est rond, gouleyant, roboratif à tel point qu’on en ouvrirait bien un deuxième flacon. (24,80$)

chianti-banfiChianti Classico, Riserva, Banfi, 2013, Toscane, Italie

Enfin, une bonne majorité de sangiovese assaisonné de canaiolo nero et de cabernet sauvignon donne ici un chianti savoureux avec une belle consistance alliant prune, cerise noire, cassis, vanille et notes de chocolat amer. Le roi du brunello produit donc un chianti costaud avec des pointes épicées et des tanins ronds. Bien que très agréable dès maintenant, ce vin se gardera bien quelques années encore. Vous savez ce qu’il vous reste à faire. (25,05$) À la bonne vôtre !