Trois whiskies à essayer

Whisky ou whiskey ? Quand on dit whisky, on signifie que l’alcool provient de l’Écosse, du Pays de Galle, du Canada ou du Japon alors que l’appellation whiskey nous indique son origine américaine ou irlandaise. Pourtant, certains distilleries aiment mélanger les genres et les noms. Alors explorons trois…whiskies.

Tin Cup, American Whiskey, Colorado, États-Unis

Produit intéressant que ce spiritueux américain, résultat d’un assemblage de deux whiskies, un bourbon de l’Indiana et un single malt du Colorado, tous deux mûris pendant 3 ans dans des fûts de chêne à la surface carbonisée. Le tout est alors coupé avec un peu d’eau des Rocheuses. Le nom provient de la petite tasse de métal dans laquelle les pionniers buvaient leur whisky il y a bien longtemps. La bouteille est d’ailleurs surmontée d’un petit godet très pratique. Un assemblage donc à base de maïs, de seigle et de malt. C’est épicé avec ces notes poivrées et il a un petit côté rond en bouche qui « bourbonne ». Résultat plutôt intéressant dans une bouteille originale.(45,50$)

Sazerac, Straight Rye Whiskey, 6 ans d’âge, États-Unis

Un whisky du Kentucky qui nous ferait presque oublier que son nom provient d’un cocktail obtenu en rinçant un verre avec un fond d’absinthe ou de pastis. On y ajoutait quelques gouttes de bitter et bien sûr une bonne dose de cognac (de la maison de Sazerac)ou de rye whisky (seigle), le tout garni d’un zeste de citron. En 1933, cette recette de Sazerac était vendue en bouteille. Finalement, le cocktail fut modifié en 2000 afin d’utiliser le rye whiskey du Kentucky. Voici donc le whiskey de seigle Sazerac qui se prêtera bien à l’exécution de ce cocktail mais qui se dégustera tout autant « straight » ou sur glace. Au nez, explosion d’arômes de vanille, anis, poivre fumé, citron et d’épices confites. Comme il fallait s’y attendre, le seigle nous donne ce petit côté mordant si typique. Très beau rye. (55$)

Highland Park, 10 ans, Single malt scotch, Écosse

Direction l’Écosse avec cette maison bien connue des amateurs de scotchs moins tourbés. Highland Park est la distillerie la plus au nord du pays qui est, semble-t-il,  une des dernières distilleries qui malte encore une partie de son orge et sa propre tourbe provenant de Hobbister Moor. Un petit côté salin nous chatouille les narines avec ces arômes de caramel, de miel et d’épices et de fumée. C’est long en bouche et pas trop cher pour un produit de ce calibre. Un joli scotch ! (62,75$)

 

 

Publicités