Un peu d’Espagne et de Nouvelle-Zélande dans votre verre

Pour certains, le monde est séparé en deux, paraît-il. Il y en a qui ne jurent que par le rouge alors que d’autres ne boivent que du blanc. Qu’à cela ne tienne, pour ce « vindredi », je vous propose de contenter tout le monde avec un blanc néozélandais et un rouge espagnol. De quoi réconcilier nouveau monde (Nouvelle-Zélande) et vieux monde (Espagne).

 

(photo : benfranks.net)

(photo : benfranks.net)

 

matuaMatua, Sauvignon Blanc, Nouvelle Zélande, 2014

Commençons par un sauvignon blanc qui n’a rien à voir avec celui produit dans le Bordelais et qui n’a rien de commun avec les Sancerre. Il s’agit ici d’un sauvignon blanc typiquement néozélandais, totalement axé sur le fruit et sur sa vivacité en bouche. Il y a maintenant 40 ans, cette maison a été la première du pays à cultiver ce cépage. Si vous avez déjà goûté des groseilles vertes, les fameuses groseilles à maqueraux et si vous aimez les fruits tropicaux, vous serez servis en humant les arômes de ce cépage blanc. En creusant un peu votre mémoire des senteurs, vous y décèlerez peut-être des notes végétales d’herbes fraîchement coupées. En bouche, ce Matua vous fera saliver les mandibules grâce à son acidité vraiment trépidante. Un vin estival sans prétention qui saura enchanter vos belles soirées chaudes. (de 13 à 16$)

torresGran Sangre de Toro, Espagne 2011

Si vous n’avez jamais eu l’occasion de goûter un vin de la maison espagnole Torres, voici un bel exemple de son savoir-faire. Pour ceux qui sont habitués à voir ce nom sur les tablettes, vous aurez peut-être déjà essayé le « Gran Coronas », à base de cabernet sauvignon et de tempranillo, un solide assemblage de cépages rouges à 20 dollars ou encore le « Sangre de Toro », un bon vin de table de semaine . Je vous propose de découvrir, si ce n’est déjà fait, le grand frère de ce dernier, le « Gran Sangre de Toro, Reserva ». Ici, on a droit à 60% de garnacha (du grenache), 25% de carinena (carignan) et 15 % de syrah. Mûri en fût de chêne pendant au moins un an, ce « reserva » a beaucoup à offrir : fruits mûrs (mûres, cerises noires et prunes confiturées) avec un côté épicé et un peu de réglisse. La longueur en bouche est relativement longue pour un vin de ce prix (environ19-20$). À la bonne vôtre !