Voici votre carte des vins pour les fêtes

Vous commencez à manquer de temps pour faire vos emplettes de vins ? Pas toujours facile de dénicher quelques bonnes bouteilles pour accompagner vos plats des réveillons de Noël et Nouvel An. Toutsurlevin.ca est là pour vous en dégoter quelques-unes qui devraient faire l’affaire. Voici votre carte des vins pour les fêtes*.

*cliquez sur les bouteilles ou le prix pour les disponibilités près de chez vous.

Pas besoin de se ruiner pour sortir un peu de notre zone de confort afin de dénicher quelques flacons qui ne feront pas trop de dommages à la carte en plastique. Et puis, surtout, il y en aura pour tous les goûts.

Pour accompagner les mises en bouche

Domaine Grand, Crémant du Jura, Brut Prestige, France

Que voilà un crémant jurassien étonnant ! Évidemment un vin effervescent 100% chardonnay très généreux en termes de matière. Ce mousseux est vif mais avec avec quelques rondeurs en bouche qui se dévoilent de façon très agréable ensuite. Un petit côté floral distingué mais surtout ce fruité vivifiant d’abricot et de pêches blanches. Belle découverte. (27,95$)

Pour les entrées de fruits de mer ou salade 

Prince Philippe, Bourgogne Aligoté, 2016, France

Qui pense à l’aligoté voit tout de suite l’apéro du chanoine Kir (avec un peu de crème de cassis). Mais le deuxième cépage blanc de la Bourgogne produit de jolis vins à boire tels quels ou avec une salade, des fruits de mers ou même des charcuteries. La Maison Bouchard Aîné & Fils offre ici un aligoté au nez très aromatique (pamplemousse et citron), à l’attaque vive en bouche, et au plaisir immédiat. (15,60$)

Clisson, Muscadet Sèvre et Maine, Olivier Père et fils, 2012, Loire, France

Ceux qui me lisent de temps à autres savent que la Loire fait partie de mes régions « chouchous ». Ici, on a affaire à un bon muscadet. Le cépage ? Melon de Bourgogne bien sûr ! Drôle de nom pour un raisin aux arômes de miel, de citron, de fleur blanche et pommes vertes et fruits secs. Ce vin originaire de la région de Nantes, classé comme cru du muscadet, a été élevé pendant 24 mois sur lies ce qui lui donne une bonne longueur et un peu de gras en bouche. Essayez-le avec les huîtres ou quelques calmars. (21,15$)

Domaine Laroche, Chablis, Saint-Martin, 2016, Bourgogne, France

Ah le joli Chablis que voilà ! Très classique dans sa facture avec son côté pommes et cette finale iodée (minérale) et crayeuse. Laroche a l’habitude de vendanger à pleine maturité mais fait toujours attention à conserver cette fraîcheur du Chardonnay. Le résultat est pur, bien ciselé et vif en bouche. Idéal en apéritif ou pour les fruits de mer, les petits crustacés et les poissons.(24,90$)

 

 

Pour le porc et le canard

Bourgogne, Pinot Noir, Nicolas Potel, 2015, France

Un pinot noir de la Bourgogne à moins de 30$ qui en vaille la peine ? Oui, avec ce pinot issu de vieilles vignes cultivées près de Pommard. C’est très axé sur les fruits rouges comme tout bon bourgogne. C’est tendre et affriolant à la fois. Un vin de soif très élégant qui demande qu’on lui achète une jumelle pour la soirée car la première bouteille se videra bien vite. (23,15$)

Pour l’agneau, le bœuf et le poulet

Château de Gourgazaud, Minervois la Livinière, Réserve 2015, France

À ce prix, c’est presque du vol…pour les producteurs ! Que de matière dans ce vin ! De la belle syrah poivrée mais pas trop et du mourvèdre solide pour une jolie charpente, tout y est. Les tanins sont soyeux et l’impression d’un vin ample est au rendez-vous. Un peu charmeur sur les bords mais très réussi. Bon succès avec l’agneau et le bœuf. (18,75$)

 

Les Garrigues, Domaine Clavel, 2015, Languedoc, France

Une fin d’année plus serrée financièrement ? Pas besoin de s’endetter pour 6 mois de plus afin de bien boire pendant les fêtes. Ce rouge bio devrait vous convaincre, une fois de plus, que le Languedoc regorge de petites pépites vineuses. Le nez est très intense avec ces notes de romarin, de garrigue (d’où le nom évidemment) et de cerises confites. Beaucoup d’éclat à ce prix. Mûri en cuve de béton. Parfait pour un délicieux carré d’agneau.(21,30$)

Marques de Grinon, Caliza, 2013, Dominion de Valdepusa, DO de Pago, Espagne

Sortons un peu des sentiers battus espagnols avec cette récente appellation. Ici, pas de tempranillo ou de garnacha, mais plutôt de la syrah et du petit verdot ! Et c’est pas mal du tout. Oui, le fruit est bien mûr, mais ce vin s’est gardé une belle fraîcheur en bouche avec je dirais même un chouïa de minéralité. Des idées de plats pour lui donner la réplique ? Paella, risotto et poulet grillé au chorizo… (21,95$)

 

San Polo, Rosso di Montalcino, 2015, Toscane, Italie

Faut que je vous dise, j’ai craqué sur ce “petit” Montalcino. Le Rosso, c’est le petit frangin du Brunello, élaboré à partir du sangiovese en Toscane. Tout m’y semble bien équilibré. Joli fruit mûr (cerise noire macérée), petite touche “sauvage” de cuir et soupçon épicé. Un Rosso moins rustique que les autres de sa catégorie mais plus cajoleur pour les papilles. Pour plats de volaille grillée.(25,75$)

 

 

Moulins de Citran, Haut-Médoc, 2009, Bordeaux, France

Ce deuxième vin du domaine Citran est de retour chez nous dans ce millésime 2009. Une année généreuse, avec des tanins déjà très soyeux et beaucoup de fruit noirs (prunes, cassis). Déjà, le temps a joué son rôle on y décèle les arômes secondaires du Bordeaux (cuirs, tabac…). Il est prêt à être consommé dès maintenant et il fera des heureux parmi les amateurs de Bordeaux classiques. Un bon bœuf bourguignon et ou autre mijoté ne devrait pas luis déplaire. (29,80$)

Paolo Conterno, Barolo Riva del Brix, 2013, Piémont, Italie

Pour les plats un peu plus viandeux, ce barolo devrait faire l’affaire. Qui dit barolo, dit nebbiolo, ce cépage piémontais qui parfois “pinote”. Dans ce cas-ci, on est plus dans le nebbiolo qui “nebbiole”. Le vin est puissant, les tanins sont joufflus et ils nous rappellent que même si on peut l’apprécier dès maintenant, ce barolo pourra bien vieillir en cave quelques années encore. Belle longueur en bouche. Beau vin pour le carré d’agneau et la côte à l’os. (40,25$)

 

Château Mont-Redon, Châteauneuf du Pape, 2012, Rhône, France

Que serait un repas de Noël ou de Nouvel An sans un bon châteauneuf ? La petite maison Abeille-Fabre nous en sort ici un bien bon dans ce chouette millésime. Ne cherchez pas la puissance et la concentration de certains châteauneufs, ici on est plus dans le registre restreint et c’est tant mieux. On y apprécie l’équilibre et le raffinement de ce vin. (44,25$) Pour les portefeuilles plus serrés, il y a le superbe Lirac 2015 de la même maison. Tous les atouts de la maison et de l’appellation, mais pour presque la moitié du prix.   

Poggio Alle Mura, Brunello du Montalcino Riserva, 2012, Banfi, Italie

Si vous voulez vraiment vous faire plaisir sans trop regarder à la dépense, alors cette belle bouteille est pour vous. Un vrai brunello super élégant issu de sélections parcellaires et des meilleurs raisins de sangiovese. C’est très mûr (prune) et c’est très parfumé aux épices (2 ans de vieillissement en barriques) avec des notes torréfiées et de tabac. Une finale qui se prolonge en bouche et qui vous laissera contemplatif. C’est très jeune, très tissé serré, mais c’est une dépense qui est en fait un investissement pour quelques heures de plaisir…ou pour quelques années en cave pour les plus patients. Il devrait alors pleinement révéler ses plus beaux atouts. (70$)

Un petit pousse-café ?

Maker’s Mark, 46, Bourbon, Kentucky, États-Unis

On finit en beauté ? On reconnaît la marque grâce à sa bouteille scellée avec la simili cire rouge qui dégouline. Ce bourbon du Kentucky a tous les atouts de la marque Maker’s mais tout y est amplifié. Très rond en bouche, sans aucune amertume, avec des notes vanillées et épicées surmontées de caramel. Un bourbon riche, très typé avec une longue finale en bouche. 47% d’alcool. (63,25$)

Pour d’autres mousseux et champagnes, c’est ici.

Pour d’autres pousse-cafés, c’est par ici.

Joyeuses fêtes ! (FA)

Publicités