Des beaux vins à offrir en cadeau

vin pour cadeau, Des beaux vins à offrir en cadeau

Il y a toujours une bonne occasion pour offrir une belle bouteille à ceux que l’on apprécie ou tout simplement pour se récompenser après un bon coup. Voici sept bouteilles que l’on peut déjà approcher après un passage en carafe ou qui prendront du galon dans votre cave encore quelques années.

Cliquez sur la bouteille pour connaître les disponibilités en succursales.

Protos 27', Ribera del Duero, 2014, EspagneProtos 27′, Ribera del Duero, 2014, Espagne

Pour son 90e anniversaire, la maison espagnole Protos a voulu célébrer ce jalon en apposant sur cette cuvée l’étiquette originale pour lui donner un petit look vintage. Dans l’appellation Ribera del Duero (du même fleuve qu’au Portugal sous le nom Douro), ce 100% tempranillo issu de vignes de 50 ans et plus a passé 16 mois en barriques de chêne français et un an en bouteille. C’est évidemment fort intense et corsé comme vin avec une bonne concentration de fruits noirs, d’arômes grillés et de notes de réglisse et de caramel. Très riche en bouche, ce Protos 27 est déjà approchable pour ceux qui les aiment costauds ou s’assagira quelques années en cave pour s’affiner davantage. (37$)

Barolo, Riserva, Beni di Batasiolo, 2008, Piémont, Italie
Barolo, Riserva, Beni di Batasiolo, 2008, Piémont, Italie

Avouez que c’est plutôt rare de trouver des barolos qui ont déjà une dizaine d’années depuis leurs vendanges. La fiable maison Batasiolo vous offre ces temps-ci l’occasion de lever le voile sur le millésime 2008. Déjà bien évolué, ce 100% nebbiolo nous gratifie de sa jolie robe aux reflets légèrement tuilés. Déjà très assagi, ce riserva est plutôt souple avec de délicates notes de pétales de rose, de champignon, de confiture de cerise et de  bois grillé. Très bien pour ce prix. Pourra encore se bonifier quelques années. (37,25$)

VSC, Santa Carolina, 2013, Vallée de Maipo, Chili
VSC, Santa Carolina, 2013, Vallée de Maipo, Chili

On a souvent tort de limiter ses choix de bons vins qui peuvent très bien tenir la route sur le long terme au Vieux Monde. Certaines maisons chiliennes comme Concha Y Toro ou Montgras sous la bannière Intrigua avec sa cuvée Don Melchor valent l’investissement. Prenez cette cuvée VSC de Santa Carolina avec son assemblage de petite sirah (ou durif si vous préférez), de petit verdot, de cabernet sauvignon, de carmenere et de malbec. C’est du costaud avec ces arômes de mûres, de tabac, d’olives et de notes torréfiées. C’est très ample en bouche, un peu chocolaté et cela ne manque pas de couches complexes à découvrir. Massif et propice à bien vieillir d’ici les 8 prochaines années. (39,75$)

Guidalberto, Tenuta San Guido, 2016, Toscane, ItalieGuidalberto, Tenuta San Guido, 2016, Toscane, Italie

S’il est une de ces marques qui fait rêver du côté de l’Italie, c’est assurément le Sassicaia. Ce supertoscan créé il y a 40 ans embellit les caves des plus passionnés au portefeuille relativement bien garni. Pour s’approcher de la qualité du travail de Tenuta San Guido, il y a sur le marché ce Guidalberto, un assemblage de cabernet sauvignon et de merlot. Dans le très bon millésime 2016 pour cette région, ce vin a séjourné pendant 15 mois en barriques et a été embouteillé il y a 10 mois. Après un passage en carafe, il commence dès maintenant à nous offrir toute une opulente matière fruitée (mûre, cassis, prune) et un festival d’épices boisées, de graphite et de tabac. Le tout bien en éveil grâce à une bonne acidité. Beau et puissant. (60,50$)

Cornas, Chante-Perdrix, Delas, 2016, Vallée du Rhône, FranceCornas, Chante-Perdrix, Delas, 2016, Vallée du Rhône, France

L’appellation Cornas est à coup sûr l’expression rhodanienne la plus intense de la syrah. C’est un vin souvent très concentré avec une bonne structure tannique qui laisse la place avec le temps à des arômes plus sauvages, rustiques et poivrées. Un passage de douze à quatorze mois en fûts de chêne a permis d’encadrer de riches arômes de prunes très mûres, de violette, de poivre blanc et d’anis. C’est déjà très complexe avec une belle élégance. Un beau cadeau à se faire ou à offrir pour les plus patients. (66,25$)

Poggio Alle Mura, Brunello de Montalcino, 2013, Toscane, ItaliePoggio Alle Mura, Brunello de Montalcino, 2013, Toscane, Italie

Les brunellos de Montalcino doivent assurément faire partie de tout bon cellier qui se respecte. Bâti pour durer, ce sangiovese royal ne donne pas sa place quand vient le temps d’offrir une superbe bouteille qui sera déjà appréciée dès maintenant mais qui livrera toute sa complexité d’ici 5 à 10 ans. Ce brunello fait partie de la haute couture de la maison toscane Banfi. C’est ferme et souple à la fois en bouche. Avec ses notes très affirmées de prune, cerise noire, de réglisse et ses accents boisés (2 ans en fûts de chêne), le Poggio Alle Mura fait dans le musclé, mais avec finesse. Un classique qui fera plaisir à l’heureux(se) élu(e). (70$)

Furbury, Collioure, rouge, 2015, FranceFurbury, Collioure, rouge, 2015, France

Avocat de renom en France et champion d’un nombre incroyable d’acquittements dans de célèbres affaires, Éric Dupond-Moretti , par ailleurs compagnon de la chanteuse québécoise Isabelle Boulay, s’est lancé dans la viticulture dans le Roussillon. Dans le coin d’Argeles sur Mer, lui et son partenaire avocat vinifient le produit de vieilles vignes de grenache noir et de carignan sur des terroirs de schiste. Ce vin puissant, avec beaucoup de mâche, musclé aux notes de réglisse, de fruits rouges très mûrs et d’accents sauvages de garrigue et d’épices douces est clairement bâti pour se bonifier d’ici quelques années. Un beau vin qui fait chanter le grenache, disponible ici en importation privée. (77$)

Grattamacco, Bolgheri superiore, ColleMassari, 2014, ItalieGrattamacco, Bolgheri superiore, ColleMassari, 2014, Italie

Et si on y allait avec 5 billets de 20$ pour s’offrir une petite folie ? Dans l’appellation contrôlée Bolgheri en Italie, on trouve ce domaine qui a produit son vin pour la première fois en 1982 en assemblant du cabernet sauvignon au merlot et au sangiovese, un supertoscan dans le fond. Dans ce millésime, le cabernet (60%) est toujours en compagnie de ces deux cépages mais on y a ajouté depuis du cabernet franc et du petit verdot. Après une mise en carafe de presque une heure, on a droit à un festival d’arômes mûrs et concentrés de cassis, de prune et d’accents balsamiques. L’élevage pendant plus d’un an en barriques y a ajouté ce côté épicé, de tabac blond et de moka. Un sacré vin musclé qui en a encore beaucoup derrière la cravate pour au moins 7-8 ans. On le réserve en cave ? BIO. (100$)

 


En savoir plus sur Tout sur le Vin

Subscribe to get the latest posts sent to your email.

2 comments