Two Brewers Whisky, distillateurs de Single Malt de qualité au Yukon

Au cœur de Whitehorse, capitale du Yukon, se niche la distillerie Two Brewers attenante à la brasserie Yukon Brewing, instaurées par deux visionnaires téméraires.

Article et photos de Janine Saine

Il y a vingt-cinq ans, à l’issue d’un voyage en canot et maints échanges sur l’idée d’un projet en partenariat, Bob Baxter et Alan Hanson, deux amis ingénieurs respectivement spécialisés en mécanique et en chimie, décident de fonder une brasserie en 1997 à Whitehorse, désignée Yukon Brewing. Puis sans s’arrêter au succès de cette première entreprise commune, les deux partenaires toujours amis décident de se procurer un alambic en Allemagne en 2009 afin de s’aventurer dans la production de whisky single malt de qualité.

Alambic Two Brewers

Appliquant leur savoir-faire acquis en élaborant de la bière, ils choisissent d’utiliser une variété de grains d’orge maltés, torréfiés avec des techniques de fermentation diverses et différents fûts dont la plupart usagés pour le vieillissement. Ainsi à partir de chaque lot de production généré, ils constatent que leurs whiskies offrent un goût unique et différent ponctué d’originalité.

D’où émane leur passion à produire du Single Malt sur un territoire à la fois nordique et sauvage qu’est le Yukon? « Ça faisait longtemps que nous pensions acheter un alambic malgré son coût exorbitant. D’abord, nous avons fait quelques recherches sur la fabrication de la vodka et du gin, mais nous étions tous les deux passionnés de whisky. Alors on s’est dit pourquoi ne pas se lancer dans la production de ce que nous aimons tous les deux », relate Bob.

Bob Baxter

Grâce aux profits des ventes de bière, ils acquièrent le fameux alambic, tout en pouvant assumer les coûts de fabrication du whisky, en plus d’avoir l’opportunité d’attendre trois ans avant la mise en marché de leurs spiritueux. 

Maîtrisant avec dextérité la production de la bière, ils réalisent que la fabrication du whisky suit les mêmes schèmes et ingrédients que la bière. Toutefois, ils s’inscrivent à un cours spécialisé au Michigan State University afin de compléter leurs recherches sur l’équipement, la mise en marché et les techniques de fabrication du whisky. « On a pris connaissance que la plupart des single malt whiskies étaient produits à partir d’orge maltée. Et pourquoi ne ferions-nous pas la même chose avec notre futur whisky ?  Avant tout, nous recherchions la saveur, la richesse et la complexité, et en utilisant différents grains maltés grillés et également divers fûts usagés de bourbon et sherry, nous avons découvert que le goût résultant est incomparable et plus savoureux. C’est ainsi que dans nos whiskies, nous utilisons les mêmes grains que dans nos bières : malt grillé, malt chocolat, malt miel, malt tourbé, etc. », précise Bob.

Selon les deux distillateurs, une sélection de grains de qualité s’avère la base de la réussite, et la plupart sont cultivés au Canada, soit dans des Prairies ou en Colombie-Britannique, tandis que le malt tourbé provient d’Aberdeen en Écosse. Cet audacieux et méticuleux choix de grains leur permet d’obtenir différentes teintes et saveurs, sans aucun ajout de colorants ou d’arômes. 

Produisant 6000 bouteilles annuellement, cette petite entreprise fièrement yukonnaise pourrait doubler son volume, mais jamais au détriment de sa qualité. Les lots de production numérotés sont étiquetés sous la désignation « Release ». Leur marché se concentre surtout en Alberta et en C-B, et en petite quantité au Québec. Étonnamment, la France est devenue depuis deux ans un marché très lucratif affichant un franc succès. D’autre part, la Corée et la Chine aimeraient importer leurs whiskies, mais pas question pour Bob et Alan de faire des concessions au niveau de la valeur de leurs produits.

Lauréat de plusieurs récompenses, Two Brewers offre quatre types de whisky Single Malt : Classic (classique), Peated, (tourbé), Special Finishes (finitions spéciales en fûts de bourbon ou de sherry usagés), Innovative (novateur). 

Leur dernier essai : un whisky à base de sirop d’érable aux tonalités douces et subtiles, promis à un bel avenir!

Release 25 (Peated)

Le nez offre des notes terreuses de fumée sur des saveurs de noix, de pain grillé et de fruits confits. La finale s’invite vers une profonde mais agréable amertume tout en rondeur. Original! (En commande en IP)

Release 27 (Innovative)

Nez délicat et très versatile qui s’étend sur un goût perspicace de fruit caramélisé et grillé avec une finale tout en finesse tapissée de douces épices comme la cannelle fumée. Très convivial! (En commande en IP)

Release 28 (Special finishes)

De subtils parfums complexes à l’accent d’agrume s’étalent sur des notes de clémentine, de zestes d’orange, gâteau aux fruits et pacanes, générant une finale exotique tout en rondeur et légèrement chocolatée. À la fois fin et puissant! (En commande en IP)

Release 30 (Peated)

Aux accents très fortement fumés et épicés de clou de girofle, d’anis étoilée et de cardamone. La bouche est généreuse, riche et corsée sur une finale très longue et profondément relevée. Encore plus complexe et étoffé que le lot 25. (Bientôt à la SAQ)

Release 31 (Classic)

D’étonnantes odeurs raffinées de melon de miel et de gomme à mâcher à la fraise se déploient sur des saveurs grasses légèrement enrichies de fruits exotiques et de noisette. Délicieusement raffiné ! (En commande en IP)

Release 32 (Innovative)

Arômes de noisette et de caramel où de surprenantes notes de fraîcheur matinées de noix grillées et d’épices s’étirent sur une finale longue et puissante. Audacieux ! (nd)

Chroniqueuse vinicole depuis 25 ans, Janine Saine a collaboré à plusieurs magazines dont Vins & Vignobles dans lequel elle a signé de nombreux reportages aux quatre coins du monde. Également, elle est l’autrice de trois ouvrages œnogastronomiques, tous primés au Gourmand World Cookbook and Wine Awards.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.