À la découverte des vins de soif du Portugal !

Influence océanique sur les vins au Portugal

On associe souvent les vins du Portugal à un profil de vin bien typique : des vins rouges tanniques et puissants qui affichent des taux d’alcool rarement sous la barre des 14%. Et pourtant, avec plus de 250 cépages autochtones sur son territoire, une grande variété de climats et une relève vinicole audacieuse, il est étonnant de ne pas avoir accès à une plus grande diversité de vins portugais sur nos tablettes.

Par Véronique Lemieux et Steve Beauséjour

Heureusement, en cherchant bien, on trouve des pépites originales qui nous permettent de découvrir une nouvelle génération de vignerons soucieux de mettre en valeur cette influence océanique en créant des vins frais et aériens. Des vins de soifs tout indiqués pour la période estivale. Petit tour d’horizon en 4 régions vinicoles.

Les vins de soif du Portugal

L’influence océanique pour des vins frais et aériens
Vinho verde

Complètement au nord se trouve la région vinicole du vinho verde. Les mots vinho verde évoquent pour la plupart des consommateurs un vin blanc légèrement effervescent sans grande complexité, mais c’est en fait une appellation régionale qui produit aujourd’hui de grands vins tant blanc, rouge que rosé. En effet, le mot « verde » est davantage en lien avec la nature verdoyante de la région qu’avec la couleur du vin. D’ailleurs, ce n’est qu’à partir des années 80 que les raisins blancs ont dominé le territoire. Avant cela, on y cultivait majoritairement du vinhão, un cépage rouge.

Deux références pour découvrir des vins hautement qualitatifs de cette appellation:

Quinta da palmirinha Loureiro 2019Quintada Palmirinha, Loureiro, 2019, Portugal

Fernando Paiva (Quinta da Palmirinha) est un des pionniers de la biodynamie et de la vinification naturelle au Portugal. Fait des plus étonnants, il a troqué les sulfites contre la fleur de châtaignier, pour protéger ses cuvées de l’oxydation.

La robe bien dorée laisse deviner beaucoup de matière. Nez d’agrumes et de fleurs et notes d’orange amères et d’abricots en bouche. Finale saline et minérale. Beaucoup de complexité pour un vin léger en alcool (11.5%). Une cuvée qui détonne dans le paysage de cette appellation. BIODYNAMIE.

Disponible via l’agence la QV à 33,80$/bouteille en caisse de 12.

Anselmo Mendes Muros Antigos Alvarinho 2020Anselmo Mendes, Muros Antiguos, Alvarihno, 2020

La réputation d’Anselmo Mendes n’est plus à faire dans la région et cette cuvée reflète bien l’expérience étendue du vigneron à travailler l’alvarinho, son cépage fétiche. Cette cuvée provient de vignobles situés sur des coteaux du littoral de l’Atlantique. On est ici sur des vendanges manuelles, des fermentations à basse température sur levures indigènes et un élevage sur lies d’au moins 3 mois. C’est vif, zesté et rafraîchissant tout en étant onctueux. Un vin qui se marie parfaitement aux plats de fruits de mer et aux coquillages. (23$)

Vignobles de Bairrada

Bairrada

Dans cette région située au-dessus de Lisbonne, le climat océanique prend ici tout son sens. La région est soumise à de forts vents de l’Atlantique, un vent qui apporte un climat beaucoup plus tempéré que dans les terres plus éloignées du littoral. Cette fraîcheur apporte aux raisins une acidité qui, lorsque bien maitrisée, donne des vins de soif exceptionnels. Voici deux vignerons qui ont savamment mis en valeur ce climat océanique.

Niepoort Nat'Cool Drink Me Bairrada 2020Niepoort, Nat’Cool, Drink me, Barraida, 2020

Dirk Niepoort est probablement l’une des personnalités du vin les plus influentes au Portugal. Fils d’une maison de Porto qui a su prospérer pendant cinq générations, il a mis à contribution son talent et ses ressources à faire des essais vinicoles. Des « expérimentations » qui ont ouvert la voie à de nouveaux profils de vins portugais. De façon plus concrète, il aurait été l’un des premiers à vendanger certains cépages autochtones beaucoup plus tôt pour en faire des vins plus faciles à boire et moins forts en alcool. Il aurait également démocratisé la macération carbonique au Portugal, un procédé généralement utilisé à des latitudes plus septentrionales pour conserver la fraîcheur du fruit. La cuvée Niepoort Nat’Cool résume bien cette nouvelle façon de faire avec des arômes de fraises dont on a conservé toute la fraîcheur. À boire légèrement frais en apéro avec une planche de charcuterie pour un maximum de plaisir. Et du plaisir, avec ce format d’un litre, il y en aura. NATURE. (21,80$)

Tiago Teles Gilda 2020Tiago Teles, Gilda, Portugal

Après une carrière en tant que chroniqueur vinicole, TiagoTeles, loue sa première parcelle en 2012, un vignoble à moins de 15km de l’Atlantique, avec l’ambition de créer des vins « éthiques » qui mettent à l’honneur cette influence océanique. Il en résulte une bouche tonique et salivante dominée par des fruits rouges acidulés. Pointe d’épice et finale sur des notes végétales d’algues. Un rouge de soif qui se marie particulièrement bien au poulet portugais de style piripiri.  (26,40$)

Lisbonne
Casal Figueira, Cuvée AntonioCasal Figueira, Cuvée Antonio, Portugal

Il serait difficile de parler des vins à profil océanique de la région de Lisbonne sans parler de l’unique Marta Soares, une artiste devenue vigneronne à part entière l’année suivant le décès de son mari Antonio Carvalho. Non seulement le projet vinicole a survécu au départ du vigneron en 2009, les vins sont aujourd’hui devenus des cuvées cultes que les acheteurs de partout à travers le monde s’arrachent.

Disponible via l’agence Rézin à 42,00$/bouteille en caisse de 6.

L’histoire de ce vignoble déjà bien établi prend un virage en 2008. Intéressés par les cépages autochtones de leur région, ils font la découverte de très vieilles vignes de vital, un cépage autochtone mal-aimé mais surtout mal compris selon Antonio. En le cultivant en altitude sous l’influence des vents et de la fraicheur de l’océan, ce cépage avait certainement du potentiel mais tout était à penser, car plus personne ne le vinifiait pour des fins commerciales. Malgré le décès soudain de son conjoint, la vigneronne avait en elle ce qu’il fallait pour apprivoiser ces raisins grâce à son esprit créatif et capable de s’affranchir des conventions. Il en résulte des cuvées uniques et originales élaborées avec intuition et émotion. Au nez, on est sur des fruits du verger et on retrouve en bouche à la fois une nervosité saline et l’onctuosité d’un beurre de poire. Un profil aromatique rare pour un vin blanc du Portugal. Un vin qui rappelle certains grands Chablis.

Algarve

L’Algarve, bien que située à l’extrémité sud du Portugal, est un terroir vinicole en pleine expansion. Constamment balayé par les vents de l’Atlantique, on y retrouve un climat loin des grandes chaleurs caniculaires qui sévissent à l’intérieur des terres. Les vins de cette région sont encore méconnus du grand public car historiquement, ils étaient surtout lourds et tanniques et plutôt destinés au marché local. Face à une demande grandissante pour des vins plus frais et faciles à boire, quelques vignerons ont adapté leurs pratiques et il en résulte des vins d’une fraîcheur étonnante. Les Québécois étant nombreux à visiter l’Algarve, il me semblait utile de vous donner deux propositions de visite pour découvrir deux vignobles qui, j’en suis certaine, connaîtront un grand succès dans les années à venir.

Cabrita, Algarve

Cabrita Wines – Quinta da Vinha, Silves

Un vignoble familial en viticulture raisonnée, doté d’une salle de dégustation magnifique ouverte sur un chai moderne qui permet de mieux comprendre les étapes de vinification. Coup de cœur absolu pour la cuvée de negra mole, un cépage rouge autochtone, en macération carbonique. C’est d’ailleurs ce procédé qui confère à cette cuvée un fruit éclatant et un profil aromatique rappelant le gamay.

Quinta dos Santos

Quinta dos Santos, Carvoiero

Visiter ce vignoble en transition vers une viticulture biodynamique est un plaisir immense pour les sens. Tout d’abord, pour les yeux, c’est probablement l’un des plus beaux vignobles du Portugal. L’architecture du bâtiment, le vignoble arboré et la terrasse qui surplombe ce magnifique ensemble en font un incontournable dans la région. Ici, on ne se limite pas au vin issu de cépages autochtones, on produit aussi des bières artisanales et un gin sauvage qui met à l’honneur les aromates locaux. À visiter en fin de journée pour prendre l’apéro en dégustant un rosé rafraîchissant à base de negro mole tout en profitant de la lumière exceptionnelle qui rend l’espace encore plus spectaculaire.

Passionnée par le vin, Véronique Lemieux est fondatrice de Vignes en ville, vigneronne urbaine et viticultrice d’une nouvelle parcelle en collaboration avec le vignoble de La Bauge.