Devenir vigneron autrement

Geneviève Thisdel vigneronne

Vous aimeriez un jour devenir vigneron mais cela vous semble un rêve inaccessible? Portrait de quatre personnalités du vin qui ont réussi en empruntant de nouveaux chemins. 

Par Véronique Lemieux*

Daniel Gillis, Lieux Communs

Daniel et ses trois partenaires (Guillaume, Thibaud et Laurent) ont fondé Lieux Communs en 2018 à la suite d’une rencontre avec Martin Laroche, vigneron et propriétaire du vignoble du Grand St-Charles situé à Saint-Paul-d’Abbotsford. De cette rencontre est née une envie de collaborer pour essayer des cuvées audacieuses sans souffre. Le vigneron a mis à disposition son chai et Lieux Communs a apporté, en échange, un palais avisé et bien au fait de ce qui est apprécié par les consommateurs de la métropole grâce leur bagage en sommellerie.

Daniel Gillis

Le quatuor prend goût à l’expérience et désire augmenter sa production mais pour cela, un plus grand espace est requis. Un déménagement s’impose et c’est au vignoble Château de Cartes que les amis décident de poser leurs cuves et leur talent en 2020.

Daniel explique: « Au départ, l’idée était d’agir à titre de consultant en vinification et de représenter les cuvées Lieux Communs de ces domaines mais avec le temps, l’envie d’approfondir notre compréhension de la notion de terroir et de prendre part au miracle du vin a émergé. C’est de cette envie que notre projet viticole à Oka a vu le jour. Ce nouveau vignoble planté cet été nous permettra de continuer à faire du vin dans un terroir qui nous semble prometteur ». 

Pour goûter

La cuvée ENVOL, 2020, Lanoraie. Un vin rouge légèrement pétillant à base de frontenac noir, marquette et vidal. Disponible en restauration.

La cuvée RESSAC, 2020, Lanoraie. Un vin rouge à base de marquette en macération carbonique sur peaux de vidal. Disponible en épicerie fine. 

Eduardo Naso, Foraine

Eduardo Naso est représentant en vins depuis déjà 15 ans. Son amour du terroir québécois a fait naître une envie : Agir à titre de consultant pour mettre en valeur le travail des artisans d’ici en élaborant des cuvées collaboratives et festives qu’il commercialise sous le nom de ‘‘Foraine’’ comme dans fête foraine.  

Eduardo Naso

Il explique :  »Foraine, c’est l’idée de camper d’un domaine à l’autre pour célébrer le savoir-faire d’artisans québécois ». 

Les producteurs mettent à disposition la matière première, soit les fruits vendangés ou le jus déjà en processus de vinification. Ils goûtent ensemble puis s’échangent des idées sur la meilleure façon d’arriver à un produit intéressant tant au niveau gustatif que commercial. Éduardo partage ainsi sa connaissance du marché avec les vignerons et apporte par le fait même sa touche personnelle aux cuvées.

Bouteilles de vin Foraine

Dans les projets futurs, il ne compte pas se limiter aux raisins. La sortie d’un poiré est d’ailleurs prévue à l’automne, toujours sous la gamme  »Foraine » en collaboration avec les vergers écologiques Philion, à Hemminford.

Pour goûter

Foraine, Grande roue, 2020, Dunham. Assemblage acadie, seyval, vidal. Un vin blanc réalisé en collaboration avec Château de Cartes.

Foraine, Ballons, 100% sainte-croix, Sutton, 2020. Un vin rouge réalisé en collaboration avec Domaine de Bresee. À boire bien frais.

Steven Fortin, Sommelier Nordiq

Steven a eu la piqûre du vin il y a quelques années déjà alors qu’il était infirmier en milieu gériatrique et en soins palliatifs. Pendant que ses patients dorment la nuit, il prépare ses chroniques vins qu’il anime à la radio en tant que vinophile. Une fois son diplôme en sommellerie complété, lui et sa conjointe, Élizabeth Ryan, journaliste de profession, décident de marier leurs forces et de lancer ensemble l’entreprise Sommelier Nordiq, un projet qui a pour mission de faire connaître les artisans d’ici par le biais de rencontres avec des vignerons et des ateliers de dégustation. 

Le Sommelier Nordik

‘’À force de côtoyer les vignerons, j’ai réalisé que pour moi, être sommelier, ce ne serait pas suffisant pour avoir une véritable vue d’ensemble’’ dit-il. 

L’envie de prendre part à l’aventure du vin, du raisin à la coupe, a ainsi émergé. 

Au fil des rencontres, une relation s’établi avec Sébastien Daoust, propriétaire du vignoble des Vignes des Bacchantes à Hemmingford et une première cuvée collaborative voit le jour en 2020 : un vin orange à base de seyval.

L’expérience de cette collaboration est si agréable et concluante qu’un constat apparaît : ‘’Sommelier Nordiq est une marque appréciée par les amateurs de produits locaux et réaliser des cuvées collaboratives avec différents domaines peut s’intégrer naturellement à Sommelier Nordiq’’ mentionne Steven. 

Le sommelier Nordik

C’est donc une nouvelle aventure qui ne se limitera pas aux raisins qui attend Steven Fortin. En me décrivant le cidre qu’il mettra en vente cet automne, il m’explique avec passion : ‘’L’idée ici est d’aller chercher la noblesse du raisin et de la mettre au service de la pomme et d’offrir un produit nature, faible en alcool et accessible en matière de quantité et de prix’’.

Pour goûter

Cidre de table N.01, 2020. En collaboration avec la Cidrerie Milton, composé à 20% de seyval macéré sur peaux de pinot gris (deux cépages de raisins) et à 75% de Rubinette avec un 5% de Golden Russett (deux variétés de pommes). 

Geneviève Thisdel, En Roue Libre / Les Vignes de Bacchantes

Pour Geneviève, l’aventure du vin débuta en 1999 par un matin de vendanges chez Bernard Mathieu et Marie Zambon à Vauxrenard dans le Beaujolais, une rencontre qui allait avoir un grand impact sur son parcours. En 2014, elle s’installe véritablement en France et entreprend un BTS Viti-oeno.  L’année suivante, sous les bons conseils de Bernard et Marie, des amis devenus une deuxième famille, elle reprend à son compte une parcelle pour mettre à profit sa formation technique. De cette parcelle en sortira des cuvées, les plus connues étant: Le P’tit Bonheur mon Beaujolais-villages et Le P’tit Vélo mon Beaujolais blanc, des cuvées qu’on n’a pu retrouver sur de grandes tables comme celle du Toqué. 

Geneviève Thisdel

De retour au Québec, elle travaille pour quelques vignobles mais l’envie de faire son propre vin, un vin à son image, occupe encore son esprit. D’abord à la recherche de raisins, elle rencontre Sébastien Daoust, propriétaire des Vignes de Bacchantes qui collabore déjà avec Sommelier Nordiq. Il n’a pas de raisins pour elle mais plutôt un emploi comme maître de champs. Elle accepte l’emploi et Sébastien lui permet finalement d’acquérir des raisins. ‘’En réalité, il n’y avait pas de raisins pour n’importe qui mais il y en avait pour les employés’’, explique-t-elle avec un sourire dans la voix.  De ces raisins naissent deux micros cuvées, un vin orange et un petnat (pétillant naturel). L’aventure de ces micros cuvées aurait pu en rester là mais les deux partenaires d’affaires voient une belle opportunité dans la continuité de cette collaboration. Et si le petit projet d’entreprise de Geneviève pouvait en fait habiter dans la grande entreprise de Sébastien ?

Bouteille de vin au soleil

‘’Concrètement, deux gammes de produits seront commercialisées sous la grande bannière des Vignes des Bacchantes’’ précise Geneviève. Pour cette nouvelle gamme plus funky, Geneviève apporte son expertise, son originalité et son esprit innovant au chai et Sébastien apporte son soutien financier et la structure qu’offre une grande entreprise.

Pour goûter

En Roue Libre, Les Vignes des Bacchantes, 2020, Hemmingford. Un vin orange à base de vidal et de pinot gris. 

Un petnat est aussi à venir cet automne.  

*Passionnée par le vin, Véronique Lemieux est fondatrice de Vignes en ville, vigneronne urbaine et viticultrice d’une nouvelle parcelle en collaboration avec le vignoble de La Bauge.

Laisser un commentaire