Du vin rouge pour la soif

C’est vrai qu’un bon petit vin blanc ou rosé bien frais s’impose lorsqu’il fait aussi chaud que ces jours-ci. Mais il ne faudrait pas délaisser pour autant le rouge, surtout lorsqu’il y a quelques exemples bien gouleyants à essayer.

Bouteille de vin rougeLes Athlètes du vin, Pineau d’Aunis, 2019, Vin de France, France

À quelques semaines des jeux olympiques, pourquoi ne pas essayer ces athlètes du vin qui offrent ici un pineau d’Aunis tout en fruit et en légèreté comme il se doit. Ça se boit rafraîchi avec beaucoup de plaisir et sans culpabilité. Vraiment sympa ! (20,50$)

Bouteille de vin rougeEsprit détente, Bernard et Benoît Landron, 2020, Coteaux d’Ancenis, France

Un des cépages qui a gagné ses lauriers de « buvabilité » et de petit bonheur demeure le gamay. Celui-ci provient d’une appellation à cheval sur une partie de la Loire-Atlantique et du Maine-et-Loire. On croque dans le fruit et on se régale avec la trame épicée. Vite, un deuxième verre, aubergiste ! BIO. (19,65$)

Bouteille de vin rougeUnLitro, Ampelaia, 2020, Toscane, Italie

Il n’y en a pas beaucoup de disponible, c’est vrai, mais chaque année, c’est pareil. Victime de son succès de « gouleyance », ce litre de rouge est toujours aussi goûteux et si agréable à boire. Grenache, carignan et alicante bouschet pour ce toscan juteux à 12% d’alcool. BIO. (25,25$)

Bouteille de vin rougeLa Cuisine de ma mère, Grosbois, 2019, Chinon, Val de Loire, France

Allez, parce que c’est vous, j’ajoute ce cabernet franc de Chinon qui est toujours aussi efficace et gourmand. C’est simple, c’est bon et on redemande pour cet été. J’en prends toujours quelques bouteilles en réserve, car les convives tombent souvent sous le charme. BIO. (19,55$)

Laisser un commentaire