10 vins bio à découvrir

10 vins bio à découvrir, 10 vins bio à découvrir

Et si on faisait notre petit bout de chemin vers un meilleur respect de notre planète ? Voici 10 vins de producteurs qui se sont engagés à travailler selon les préceptes de l’agriculture biologique et responsable.

*Cliquez sur les prix pour les disponibilités près de chez vous.

Bodegas Volver, Paso a Paso, Verdejo 2017, La Mancha, Espagne

Pas de produits chimiques ajoutés dans ce 100% verdejo, cépage espagnol qui se développe bien dans la Mancha. Frais, vif, aromatique et d’une légèreté aérienne. À moins de 15$, c’est un bon achat écoresponsable très bien fait. BIO. (14,85$

Bonterra, Chardonnay, 2018, Californie, États-Unis

Pour ceux qui se cherchent un blanc frais mais avec suffisamment de consistance pour accompagner le repas de fin de soirée, ce chardonnay californien fera les belles soirées estivales. 70 % est vinifié en fûts de chêne pour le corps et les notes grillées et de miel, le reste en cuves inox pour préserver la fraîcheur du fruit. Pomme verte, poire et agrumes sur le plan aromatique. Joli et BIO. (18,95$)

Parallèle 45, Paul Jaboulet Aîné, 2016, Côtes du Rhône, France

Un classique à bon prix que ce Côtes du Rhône qui revient dans une version bio pour la première fois. Du nom du 45e parallèle Nord qui passe à deux kilomètres des caves de la Maison Paul Jaboulet Aîné, cet assemblage de grenache, syrah et mourvèdre est un classique de bistro avec son fruit franc et ses épices douces aux notes indiennes. Un vin plutôt souple et très polyvalent. BIO. (16,05$)

Pont Neuf Vin De Pays Du Gard 2017, Languedoc-Roussillon, France

Toujours surpris de déguster ce vin du Gard, année après année, pour me rendre compte qu’il me plaît toujours autant. Du merlot, du marselan, du cabernet sauvignon et un soupçon de syrah constitue ici un assemblage plutôt efficace. Cela fait 30 ans maintenant que le domaine produit en bio. Autant saluer ceux qui le font depuis longtemps alors que d’autres se posent encore la question s’ils doivent asperger à grands coups de pesticides. BIO. (16,05$)

Cerester Castelgufo, Chianti Riserva, 2015, Toscane, Italie

Une belle charpente et beaucoup de fruits plutôt mûrs, tirant plus sur le fruit noir que sur le rouge dans ce chianti riserva. Dans le verre, on remarque déjà une belle évolution avec une teinte qui vire vers le rouge orangé, pour ce jeune millésimé. Au nez, des notes balsamiques qui montrent déjà le bout de leur nez. Fort agréable pour ce prix. BIO. (16,60$)

Zolo, Cabernet sauvignon, 2016, Mendoza, Argentine

Un cabernet sauvignon cultivé à plus de 1 000 mètres d’altitude, au-dessus du niveau de la mer qui a conservé une belle fraîcheur. Huit petits mois en barriques et le tour est joué : fruits rouges, épices et quelques notes de poivron. Pas mal du tout pour ce prix. On sort les côtes levées grillées sur le barbecue ? BIO. (17,65$)

Jean Gardiès, Mas Las Cabes, 2017, Côtes du Roussillon, France

Pour le prix, c’est ma foi, un bon exemple de vin du Roussillon qui est tout en générosité fruitée avec une petite finale épicée qui ravigote. De la syrah, du grenache et du mourvèdre pour renforcer l’ensemble qui offre une bien belle acidité. Cassis, mûres, poivre blanc, c’est que du bon. (17,35$)

Domaine les Béates, Les Béatines 2016, Provence, France

Depuis quelques années, le grand frère de ce vin bio provençal (Les Béates) me satisfait grandement. Ces Béatines ont beaucoup de matière sous le goulot. De la syrah, du grenache et une pointe de carignan s’assemblent pour le meilleur dans ce cas-ci. Le fruité y est très mûr, et on a une impression de sucrosité alors que c’est un vin pourtant bien sec. Le vigneron utilise des levures indigènes et limite au maximum l’usage du souffre ajouté. BIO. (20,70$)

Daumen, Côtes du Rhône, 2016, France

Longtemps considéré comme un vin de table parfait pour le bistro, le Côtes-du-Rhône se bonifie avec le concours de certains vignerons qui le vinifient avec beaucoup de talent. Jean-Paul Daumen fait partie de cette race de producteurs qui veulent lui redonner ses titres de noblesse. Du grenache, de la syrah et du cinsault qui sont tous vinifiés en biodynamie et mûris en foudres pendant 1 an. Ce vin a de la gueule, du caractère et se boit avec énormément de plaisir. BIO. (21,15$)

Col d’Orcia, Brunello di Montalcino, 2013, Toscane, Italie

Trois ans de barriques et un an en bouteille après la récolte de ces raisins écoresponsables et la fermentation, et vous obtenez une jolie bombe de fruits rouges qui s’agence très bien avec le côté épicé provenant de la barrique. Très élégant, déjà très approchable et pourvu d’une bonne colonne vertébrale pour qu’il vieillisse en beauté d’ici quelques années. Pour (se) faire plaisir… BIO. (53,75$)

 

Si vous cherchez des bulles bio, en voici deux ici.

 


En savoir plus sur Tout sur le Vin

Subscribe to get the latest posts sent to your email.