Pot-pourri !

Pot-pourri Tout sur le Vin

Pot-pourri… quel drôle de mot et quelle ambiguïté, étant donné qu’il connote la décomposition tout en désignant quelque chose d’odorant et de plutôt plaisant. Pourquoi l’avoir choisi comme titre, alors ? Ah ça, permettez la pirouette et mettons-ça sur le compte de mon proverbial esprit de contradiction…

Par Marc Chapleau

Ok, un peu de tout à vous recommander cette semaine, voilà pourquoi le mélange dans un peu toutes les directions*.

Concha y Toro Chardonnay Tout sur le vinPour commencer, un étonnant chardonnay, le Marques de Casa Concha 2017 de la maison Concha y Toro. Servi à l’aveugle à un grand amateur de chardos bourguignons, celui-ci a patiné, commençant par la France, écartant la Californie pour cause de boisé peu marqué, puis annonçant, en fronçant les sourcils, « Chili, peut-être… » Bien vu ! Voilà en effet un chardonnay chilien de très bonne facture, boisé intelligemment, juste un léger goût fumé, une belle fraîcheur grâce à l’acidité et grâce aussi à la région de Limari, dont il est issu. (20,50 $ – ***1/2)

Morgon Jean Foilard Tout sur le Vin

 

Un gamay, ensuite. Du Beaujolais, le Morgon 2018 Jean Foillard. Un bijou ! Pas bavard au nez cela dit, un peu de réduction, un minimum de fruit. Mais en bouche, c’est précis, vif et tendu, le fruit est là cette fois, on le perçoit, la minéralité aussi. Le carafer ne nuirait certainement pas. En mettre en cave non plus. (30,25 $ – ****)

 

Elian Da Ros Vin est une fête 2017À peine plus corsé que le précédent, un beau rouge du Marmandais, à environ 80 km au sud-est de Bordeaux : le Vin est une fête de Elian Da Ros. Une sorte de croisement entre un bordeaux, justement, et un chinon, disons. Le vin est bien fruité, avec une minéralité bien intégrée, beaucoup de fraîcheur et de tonus en bouche, c’est vivant et pimpant, archidigeste ! Pour mémoire, le vin est à base de merlot et de cabernet franc, avec une touche (20 %) d’abouriou, cépage pour ainsi dire autochtone, originaire du Lot-et-Garonne. (23,05 $ – ****)

vin, Pot-pourri !

Nettement plus costaud sans être trop baraqué ni caricatural, le Bonterra Cabernet Sauvignon 2017 est très californien, passablement sweet fruit j’entends par là, un peu de résiduel aussi (3,4 g) mais de l’allant et de la fraîcheur, aucune lourdeur ou goût boisé trop marqué. Très bon rapport qualité-prix, finalement. Et bio, ce qui ne gâche rien. (19,25 $ – ***)

 

Terre Rouge Tête-à-Tête Tout sur le Vin

À présent, un savoureux rouge lui aussi californien et à base de cépages du Rhône (syrah, mourvèdre, grenache). Un peu évolué – c’est un 2011 –, mais rafraîchissant, fondu et nerveux à la fois, on reconnaît l’empreinte californienne tout en appréciant le caractère étonnamment élégant. Son nom : Tête-à-Tête 2011 Domaine de la Terre Rouge (30,50 $ – ****).

Veuve Ambal tout sur le vinPour terminer, le Veuve Ambal Grande Cuvée Brut, un très bon crémant de bourgogne élaboré selon la méthode traditionnelle (comme les champagnes) pour l’essentiel avec du pinot noir et du chardonnay, assez fin et un poil brioché. La bouche est relativement nerveuse, avec une effervescence contenue, et le dosage (12 g de résiduel) n’est pas trop marqué. À moins de 20 $, un très bon rapport qualité-prix. (19,10 $ – ***)

 

Vous voilà maintenant équipés pour veiller tard, non ? Et n’oubliez
pas : « Épargnez l’eau, buvez du vin ! » L’adage n’est pas de moi, il est vieux comme la terre, mais il sonne toujours aussi bien.

*Cliquez sur les bouteilles ou le prix pour les disponibilités près de chez vous.