Les guides du vin, une espèce en voie de disparition

, Les guides du vin, une espèce en voie de disparition

Année après année, les guides du vin tendent à disparaître de nos librairies. Si bien qu’aujourd’hui, il n’en reste plus que deux. Fatalité ou symptôme d’une crise de l’édition papier dans un marché de niche ?

Par Frédéric Arnould (lefred@toutsurlevin.ca)

Cette tendance a commencé avec la disparition du guide de François Chartier en 2012. Baptisé à l’époque Guide d’harmonisation des vins et des mets, 500 vins à acheter les yeux fermés, ce livre clôturait une longue série débutée en 1995. Depuis, un autre incontournable des guides du vin a aussi disparu, celui de Jean Aubry, éminent chroniqueur vin qui sévit toujours (fort heureusement, mais pour combien de temps) au Devoir. Après 13 éditions de son guide, il a décidé il y a deux ans de raccrocher son tire-bouchon. C’est aussi à ce moment qu’est apparu un nouveau guide, celui des Méchants raisins que sont Patrick Désy et Mathieu Turbide du Journal de Montréal. Un guide qui sortait des sentiers battus, et qui proposait les meilleurs vins pour toutes les occasions possibles et imaginables.

, Les guides du vin, une espèce en voie de disparition

Leur deuxième édition parue l’an dernier accueillait en son sein l’olympienne de la sommellerie, Élyse Lambert. Mais cette édition 2018 fut la dernière en date puisque cette année, point de Méchants Raisins 2019. Pause momentanée ou chronique d’une autre disparition de guide ? L’avenir nous le dira, mais la baisse des tirages des livres nous enseigne qu’il n’y a pas de place pour la croissance. Quant aux éditions numériques, on ne peut pas dire que le succès soit au rendez-vous puisque la proportion de ventes des livres  numériques est bien loin des recettes de l’édition papier.

, Les guides du vin, une espèce en voie de disparitionQuel avenir ?

Je ne vous apprendrai rien en vous disant que les guides du vin demeurent un produit de niche. Mais ils sont essentiels pour certains consommateurs qui aiment apprendre et avoir des repères ainsi que des conseils judicieux. Personnellement, j’aime toujours avoir ce rapport charnel avec le papier et continue de dévorer les guides de tout acabit qui tournent autour du vin. Le guide Hachette et autres grands classiques en provenance de l’étranger, c’est bien mais cela passe un peu beaucoup à côté de la réalité de notre marché ici au Canada. Idem pour les magazines de qualité que je lis comme Decanter, la Revue de France ou autres Terre de vins.

La faute à qui ?

La multiplication des blogues et autres sites a aussi donné de la place à d’autres « voix » du milieu du vin, pour le meilleur et pour le pire, diront certains. Le manque de connaissance réelle et de « discipline » de certains auteurs et autres « vinfluenceurs » autoproclamés permettra avec le temps de séparer le bon grain de l’ivresse (euh de l’ivraie).

, Les guides du vin, une espèce en voie de disparitionMais, les consommateurs se sont-ils à ce point dirigés vers le numérique qu’ils préfèrent avoir accès à des conseils et suggestions gratuites ? Il y a probablement un impact évidemment, mais le quantifier reste difficile. La tendance à la baisse des ventes de bouquins touche en tout cas tous les domaines de l’édition, à part les sempiternels livres de recettes on l’on vous apprend à cuisiner avec 3-4 éléments et qui continuent, bon an mal an de cartonner dans les palmarès de ventes au Québec.

Il faut tout de même mentionner que si les auteurs qui ont décidé de ne plus publier travaillent malgré tout sur d’autres projets liés au vin. Dans le cas de Jean Aubry, ce prolifique Don Juan des mots œuvre sur 2-3 opus dont lui seul possède le secret. Même chose pour les Méchants raisins qui continuent tout de même à nous arroser de leurs chroniques dans le Journal de Montréal. Quant à Chartier, il vit maintenant à Barcelone et multiplie ses activités d’importateur de vins et de consultant pour divers vins et alcools.

Les deux derniers des Mohicans

Le guide le plus constant et qui reste une référence au Québec demeure le fameux guide Phaneuf, du  nom de celui qui l’a lancé il y a déjà 38 ans. Michel Phaneuf, grand homme du vin, ayant reçu le diagnostic de la maladie de Parkinson il y a 10 ans, a décidé il y a quelques années de passer le limonadier à Nadia Fournier, sa « fille adoptive ».

, Les guides du vin, une espèce en voie de disparitionLe Guide du vin Phaneuf, Édition 2019, Nadia Fournier

Pour cette nouvelle édition à la magnifique couverture, Nadia Fournier qui estime que rebaptiser le guide de son nom, mettrait de côté l’héritage de référence de Phaneuf, nous gratifie une fois encore de sa jolie plume néanmoins acérée et qui fait mouche. Coups de cœur, grappes d’Or, rappel essentiel des millésimes et tendances pour la majorité des grandes appellations, tout y est. Tout en la lisant, on l’imagine à notre table en train de siroter un bon vin blanc grec ou un délicieux gamay « de soif. » Bref, on en apprend tout le temps en la lisant, que l’on soit simple amateur ou connaisseur aguerri… Que dire de plus, sinon qu’on a déjà hâte à l’édition 2020… (29,95$ aux Éditions de L’Homme)

, Les guides du vin, une espèce en voie de disparitionLe Lapeyrie 2019, Philippe Lapeyrie

Le sommelier du peuple, Philippe Lapeyrie continue de nous abreuver de ses chroniques aussi bien à la télévision, à la radio que sur le web. Chaque année, il déguste en compagnie de son comparse Mathieu St-Amour des centaines de vins dans son laboratoire de Québec. Résultat : 125 suggestions de bouteilles sans prétention et qui vous en donnent pour votre argent avec toujours un accord mets-vin. Quelques vins de garde recommandés pour ceux qui ne regardent pas à la dépense et le tour est joué. Un succès toujours assuré dans le plus en plus restreint domaine de l’édition du vin puisque c’est le guide le plus vendu au Québec. (19,95$ aux Éditions de l’Homme)

 

, Les guides du vin, une espèce en voie de disparition
Avertissement… grosse plogue sans gêne !

Enfin, si vous voulez vous changer les idées et lire autre chose qu’un guide sur le vin, je me permets de vous suggérer (sans trop gêne, un auteur s’assume…) ce bouquin que je viens de publier chez Québec Amérique, intitulé Mégo…, une biographie sans fard et sans complaisance sur la vie d’un artiste charnière du Québec et qui a été pendant 28 ans le chef d’orchestre de Céline Dion. Un parcours tout en humanité, raconté comme un roman à rebondissements et qui se lit avec un bon Saint-Estèphe.  Bonne lecture !

Tous les détails ici : http://www.quebec-amerique.com/livres/biographies-idees/biographie/mego-10167

 

 


En savoir plus sur Tout sur le Vin

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.