Le blanc, ce nouveau rouge…

, Le blanc, ce nouveau rouge…

Je l’avoue, cela se dit mieux en anglais ! White is the new red ! Si, si, je vous assure ! De plus en plus de consommateurs retournent vers le blanc, après avoir « nagé » dans le rouge depuis tant d’années. Bien sûr, c’est encore le vin rouge qui a la cote auprès des clients de la SAQ en majorité, mais ce retour vers le blanc est symptomatique de l’intérêt croissant pour la diversité disponible sur le marché.

Le Québec a surtout découvert le vin il y a bien longtemps en commençant par le blanc. Rappelez-vous des fameux Black Tower, Liebfraumilch et autres Blue Nun qui étaient gorgés de sucre. C’était des vins de production de masse sur lesquels bien des consommateurs se sont fait les dents (ou les bourrelets c’est selon). Avec l’arrivée de produits de qualité, les amateurs de vin se sont rués sur ces nouveaux produits de plus en plus raffinés et faut-il ajouter, de plus en plus « rouges ».

L’année passée, la SAQ a vendu :
62,4 % de vins rouges (-1,5%)
33,2% de blanc (+1,6%)
4,4% de rosé (-0,1%)

Mais, depuis quelques années, avec le retour des blancs en force sur le marché, voici cinq blancs pour vous titiller le palais et vous convaincre de suivre la tendance*.

, Le blanc, ce nouveau rouge…Nederburg, Anchorman, Wooded chenin blanc, 2017, Afrique du Sud

Le chenin blanc, cépage de la vallée de la Loire par excellence a été abondamment planté en Afrique du Sud.  Cette version boisée particulièrement intéressante, déroutante pour certains, m’a étonné dans le bon sens du terme. C’est généreux, pas trop vif mais sans aucune lourdeur sur le palais. Nectarine, abricot, notes florales, tout y est pour se dépayser avec une finale légèrement épicée. (19,95$)

, Le blanc, ce nouveau rouge…The Pioneers, McGuigan, Chardonnay, 2016, Adelaide Hills, Australie

Ce chardonnay australien m’a étonné par sa générosité fruitée (melon et agrume) et ses notes boisées bien dosées. C’est plutôt riche en bouche avec une structure onctueuse juste ce qu’il faut car il y a suffisamment d’acidité pour relever l’ensemble. Sachant que le chardonnay demeure le cépage blanc chouchou au Québec, c’est une bonne surprise à essayer. (19,95$)

, Le blanc, ce nouveau rouge…Château Lacaussade Saint-Martin, Trois Moulins, 2016, Côtes de Bordeaux, France

Les Bordeaux blancs demeurent une solution de choix pour ceux qui cherchent un vin blanc bien sec avec du fruit , un peu de bois et une certaine complexité. Ce Côtes de Blaye a pour particularité d’avoir le cépage sémillon en grande majorité (90%) en alliance avec un peu de sauvignon blanc et de sauvignon gris. Une petite année de séjour en barriques lui confère une jolie rondeur, accentuée par la présence de lies lors du bâtonnage. C’est très mûr en bouche avec des pointes de fruits exotiques. Très aromatique et plutôt grassouillet. Sortez les pétoncles grillés et les poissons en sauce. (21,05$)

, Le blanc, ce nouveau rouge…Hermann Moser, Grüner veltliner, Karmeliterberg, 2017, Autriche

L’un des cépages qui fait de plus en plus parler de lui ces temps demeure l’autrichien grüner veltliner. Grâce à sa proximité avec le beau Danube bleu, le vignoble du domaine Hermann Moser bénéficie de conditions climatiques idéales (frais le soir, ensoleillé le jour). Il y a dans ce vin un petit côté végétal qui me plaît, accompagné de notes de pommes vertes, de pêches blanches et de poivre blanc. Un bon exemple de ce terroir autrichien à découvrir. (21,95$)

, Le blanc, ce nouveau rouge…Cannonball, Sauvignon blanc, 2016, Sonoma County, États-Unis

Qui dit sauvignon blanc, dit vallée de la Loire (Sancerre) ou encore Nouvelle-Zélande. Si l’on sort de ces contrées maintes fois battues par ce cépage aromatique, on peut se hasarder jusqu’en Californie dans la pas si chaude Sonoma. Vinifié bien sûr sans barriques, ce sauvignon de Cannonball est une petite bombe de fruits qui n’a pas les arômes parfois si cliché des néozélandais. Avec son poivre blanc, ses fleurs blanches, sa pêche blanche, son melon, sa pomme verte et de légères notes végétales, ce vin est très agréable à boire en bonne compagnie. Belle découverte qui ne manque pas de complexité. (23,55$) À la bonne vôtre ! (FA)

*cliquez sur le bouteille ou le prix pour connaître la disponibilité dans votre succursale


En savoir plus sur Tout sur le Vin

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.